header image
LE TEMPLE DE LA RENOMMÉE DU SECTEUR MINIER CANADIEN INTRONISE QUATRE NOUVEAUX MEMBRES
TORONTO, January 08, 2013 -- LE TEMPLE DE LA RENOMMÉE DU SECTEUR MINIER CANADIEN INTRONISE QUATRE NOUVEAUX MEMBRES


Le Temple de la renommée du secteur minier canadien a intronisé quatre nouveaux membres lors de sa 25e cérémonie annuelle d'intronisation, tenue le 10 janvier 2013 à l'hôtel Fairmont Royal York à Toronto. Les nouveaux intronisés rejoignent les 154 hommes et la femme déjà intronisés au Temple de la renommé;e; le Temple a été fondé en 1988.

Les personnes suivantes sont les intronisés de 2013 : Charles E. Fipke, découvreur de la première mine de diamants au Canada, Gerald Grandey, fondateur d'une compagnie intégrée d'énergie nucléaire, Pierre Lassonde, financier innovateur et philanthrope, et James C. O'Rourke, développeur de mines et bâtisseur d'entreprises.


Charles E. Fipke (né en 1946)

Dans les années 1980, Charles Fipke était l'un de seulement une poignée de géologues canadiens à avoir compris la relation entre les gîtes de diamants et les minéraux indicateurs qui leur sont associés. Avec ces connaissances, lui et son partenaire Stewart Blusson ont suivi une piste de minéraux indicateurs sur des centaines de kilomètres jusqu'à leur source à proximité du lac de Gras dans les Territoires du Nord-Ouest. La découverte de la mine de diamants Ekati a déclenché une frénésie de jalonnements et par la suite des découvertes rentables.

Un diplômé de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC), B.Sc. en 1970, M. Fipke a travaillé comme géologue un peu partout à travers le monde. Il devenait de plus en plus intriqué par le potentiel de la minéralogie des minéraux lourds en tant qu'outil d'exploration. En 1977, il a fondé CF Mineral Research à Kelowna, C.-B. afin de se spécialiser dans ce domaine; il a par la suite géré un programme d'exploration pour les diamants, pour le compte de Superior Oil, dans le Nord canadien. Superior a abandonné la recherche mais M. Fipke a persévéré, atteignant éventuellement la réussite avec la découverte à proximité du lac de Gras en 1991, une découverte valant plusieurs milliards de dollars.


Gerald W. Grandey (né en 1946)

Durant le mandat de Gerald Grandey à titre de président et chef de la direction de Cameco au début des années 2000, la part de la compagnie de la production globale d’uranium a atteint 16 % et la capitalisation des marchés a crû de 2,1 milliards de dollars à 9,6 milliards de dollars. Ces importantes réussites corporatives suivaient une réussite politique encore plus importante : la négociation de l'Accord concernant l'uranium fortement enrichi récupéré dans le cadre du démantèlement des armes nucléaires russes pour être envoyé et utilisé de manière sécuritaire dans les réacteurs occidentaux. L'Accord de plusieurs milliards de dollars, conclu en 1999, a établi la crédibilité du Canada en tant que grand joueur dans le secteur de l'uranium.

Le leadership exceptionnel de M. Grandey s'étendait bien au-delà des opérations quotidiennes des mines d'uranium de la compagnie. Son habile résolution de l'ennoiement de la mine Cigar Lake en 2006 lui a mérité les éloges à la fois de ses collègues et des organismes de rééglementation; cela a en plus conduit à une sensibilité innovatrice au risque et à de nouvelles méthodes de responsabilisation. Principalement en raison de son engagement envers la participation autochtone dans l'industrie minière, Cameco est l'un des plus importants embaucheurs industriels d'Autochtones au Canada.

Pierre Lassonde (né en 1947)

Un ingénieur par formation, Pierre Lassonde est mieux connu en tant que pionnier des sociétés de redevances basées sur l'or et un philanthrope qui contribue généreusement aux institutions d'éducation. Il a été récompensé par des doctorats honorifiques de plusieurs universités canadiennes et américaines.

Après avoir obtenu un MBA de l'Université de l'Utah en 1973, M. Lassonde a travaillé pour Bechtel à San Francisco avant de se joindre à la firme Beutel, Goodman & Company, une société de consultation financière, comme gestionnaire du fonds d'investissement consacré à l'or. En 1982, il s'est associé à Seymour Schulich et a fondé la Franco-Nevada Mining Corporation, une société de redevances autofinancée, basée sur le modèle utilisé dans l'industrie du gaz et du pétrole, mais centrée sur l'or. Durant une période de 20 ans, Franco-Nevada avait, pour ses actionnaires, un taux de rendement exceptionnel de 36 % annualisé. Franco-Nevada a fusionné avec Newmont Mining au creux du cycle de l'or en 2002; mais en 2008, la société est redevenue une entité distincte, la Franco-Nevada Corporation, sous la direction de M. Lassonde.


James C. O'Rourke (né en 1939)

La carrière de James O'Rourke en tant que bâtisseur de mines couvre une période de cinq décennies depuis les années 1970 lorsqu'il supervisait la construction de la mine Gibraltar (cuivre-molybdène) en Colombie-Britannique. Par la suite, M. O’Rourke a pris les devants en redémarrant la mine de cuivre Similco et la mine d'amiante Cassiar, en plus de développer la mine de charbon Quinsam et la mine de cuivre Huckleberry.

La mine Similco a fermé en 1996, mais, une décennie plus tard, M. O'Rourke, voyant une occasion dans la montée des prix du cuivre, a de nouveau acquis la propriété et a changé le nom du projet à Copper Mountain. En 2011 Copper Mountain est devenue la première mine de métaux de base à ouvrir en C.-B. depuis 1998. Le mine embauche environ 350 personnes et devrait avoir une durée de vie de 17 ans. M. O’Rourke a été un pionnier dans l'établissement de partenariats avec des compagnies japonaises pour aider à financer ses développements miniers. Cette forme créative de financement a par la suite été imitée à travers le Canada et a aidé la Colombie-Britannique à devenir la « porte d’entrée du Pacifique » pour le commerce international.

Le Temple de la renommée du secteur minier canadien honore ceux dont les réalisations au cours d'une vie remarquable ont bénéficié à l'industrie minérale canadienne. Les commanditaires principaux sont l'Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole, l'Association minière du Canada, le journal The Northern Miner et l'Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (PDAC). Les commanditaires associés comprennent les associations minières de la Colombie-Britannique, de l'Ontario, du Québec et de la Saskatchewan ainsi que l'Association for Mineral Exploration British Columbia.


Les introniséés du Temple de la renomée sont présentés à cinq endroits. L'exposition originale du Temple est située dans l'immeuble des mines à l'Université de Toronto, au 170, rue College, Toronto. La galerie du Temple de la renommée du secteur minier canadien dans les Galeries Teck au Musée royal de l'Ontario à Toronto a été inaugurée en décembre 2008. D'autres expositions du Temple de la renommée sont situées au Musée des industries nucléaire et minière d'Elliot Lake, dans le Nord de l'Ontario et au Britannia Mine Museum à proximité de Squamish, en Colombie-Britannique. La toute dernière exposition du Temple de la renommée du secteur minier canadien, présentée par la Corporation minière Barrick Gold, a ouvert ses portes en novembre 2012, dans le cadre de la Phase deux de la Galerie de la Terre Vale, au Musée canadien de la Nature, à Ottawa.

D'autres renseignements à propos du Temple de la renommée du secteur minier canadien, des nouveaux intronisés et des critères de sélection sont disponibles au site du TRSMC : www.mininghalloffame.ca

Pour plus d'information, contactez

Becky Bays, coordonnatrice TRSMC
Tél. : 647-726-3185
Cell. : 416-859-4637

Courriel : .(JavaScript must be enabled to view this email address)