header image
LE TEMPLE DE LA RENOMMÉE DU SECTEUR MINIER CANADIEN INTRONISE QUATRE NOUVEAUX MEMBRES
TORONTO, January 15, 2014 -- TORONTO, 15 janvier, 2014 – Le Temple de la renommée du secteur minier canadien intronisera quatre nouveaux membres lors de sa 26e cérémonie annuelle d’intronisation qui sera tenue demain le jeudi 16 janvier 2014 à l’hôtel Fairmont Royal York, à Toronto. Les nouveaux intronisés rejoignent les 158 hommes et la femme déjà intronisés au Temple de la renommée; le Temple a été fondé en 1988.

Les personnes suivantes sont les intronisés de 2014 : John (Jack) F. McOuat, C. Mark Rebagliati, Kathleen C.S. Rice et David S. Robertson.

John (Jack) F. McOuat (1933-2013)

John (Jack) McOuat a fait progresser des centaines de projets de mines et minéraux dans le monde en tant qu’associé fondateur de Watts, Griffis and McOuat (WGM), la plus ancienne société indépendante d’experts miniers au Canada. Après avoir obtenu un diplôme en génie géologique de l'Université de Toronto en 1956, il s'est associé à Murray Watts, à Arthur (Tom) Griffis et à Ross Lawrence pour fonder WGM en 1962. Il a démontré ses capacités lors de projets en pays étrangers et il a soutenu le développement des mines Nanisivik et Raglan dans le Grand Nord canadien. Il a joué un r&oirc;le clé dans les découvertes en Alaska qui sont par la suite devenues les mines Red Dog, Pogo et Green’s Creek; il a de plus négocié des coentreprises entre l’industrie et des sociétés autochtones de l'Alaska pour explorer des terrains prometteurs. Il était reconnu pour son habileté à trouver de nouvelles occasions et à choisir les projets et les districts favorables à travers le monde entier. En tant que membre du Bureau des Gouverneurs du Musée Royal de l’Ontario (ROM), il a contribué à l'obtention du plus gros don d’entreprise pour le ROM, soit 10 millions de dollars en 2007.

C. Mark Rebagliati (né en 1943)

Peu de géoscientifiques peuvent égaler le rendement, en termes de découvertes, établi par Mark Rebagliati au Canada et à l'étranger, pendant quatre décennies, culminant avec son poste de premier vice-président de l'exploration de la firme Hunter Dickinson Inc. (HDI) de Vancouver. Il a été prospecteur avant d'obtenir un diplôme en génie géologique du Michigan Technological University en 1969; il était membre des équipes de découvertes des projets Red Chris et QR en Colombie-Britannique. En 1986, il a formé sa propre firme de consultants ainsi qu'une alliance avec Hunter-Dickinson. Il a fait avancer les projets cuivre-or de Mount Milligan et de Kemess, en C.-B., lesquels ont par la suite été développés en mines. Il a effectué de nouvelles découvertes dans le cadre du projet Campo Morado au Mexique. Il a ensuite mené l’exploration du gisement Pebble West en Alaska, aidé à découvrir Pebble East et les aménager pour qu'ils deviennent parmi les plus gros gisements de cuivre-or au monde. D'autres découvertes ont suivi, notamment les gisements cuivre-or porphyriques de Xietongmen et de Newtongmen au Tibet.


Kathleen C. S. Rice (1882-1963)

Kathleen (Kate) Rice a quitté le confort de l’ère édouardienne en Ontario pour les milieux sauvages du nord du Manitoba, où elle s'est faite une renommée en tant que prospective et entrepreneure de mines. La jeune femme, détentrice d'un baccalauréat en mathématiques et en physique de l'Université de Toronto, a renoncé à une carrière en enseignement pour chercher de l'or au nord de The pas. Avec l'aide des Premières Nations locales elle a appris la survie en forêt et elle a voyagé par canot et par attelage de chiens pour faire sa première découverte au lac Reindeer en 1914. Dans les années vingt, après avoir déménagé dans le secteur du lac Snow, elle a jalonné les premières propriétés de nickel pour attirer Inco (maintenant Vale) au Manitoba. Elle a fondé une compagnie pour forer les claims, ce qui a donné une dècouverte à haute teneur, alors évaluée à 5 millions de dollars. La première offre d’option a échoué en raison d’une poursuite mais par la suite Inco a acquis une option sur ses claims, lesquels sont toujours considérés comme un bail minier.

David S. Robertson (né en 1924)

Le géologue consultant David Robertson est devenu un éminent porte-parole de l’industrie minière canadienne en raison de ses réalisations techniques et de l'intégrité impeccable dont il a fait preuve tout au long d’une carrière distinguée de plus de six décennies. Après avoir obtenu un baccalauréat de l’Université du Manitoba en 1946 et un doctorat de la Columbia University en 1949, il s'est fait reconnaître pour son rôle dans la découverte de gisements d'uranium à Eliott Lake, Ontario. Il a découvert d’autres gisements d'uranium après avoir fondé David S. Robertson & Associates en 1965. Vers le milieu des années 1970, le gouvernement de la Saskatchewan a confié à M. Robertson le mandat d'éévaluer les actifs de potasse d'une nouvelle société d'éÉtat. Toutes les parties ont reconnu la justesse de ses évaluations. Son expertise a été en demande après la fusion de sa firme avec Coopers & Lybrand en 1982 et pendant deux décennies en tant que consultant indépendant. Il a été un membre réputé de conseils d'administration de nombreuses compagnies, il a soutenu les associations de l'industrie et il a été mentor de plusieurs jeunes géoscientifiques.

Le Temple de la renommée du secteur minier canadien honore ceux dont les réalisations au cours d'une vie remarquable ont bénéficié à l’industrie minérale canadienne. Les commanditaires principaux sont l'Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole, l'Association minière du Canada, le journal The Northern Miner et l'Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (PDAC). Les commanditaires associés comprennent les associations minières de la Colombie-Britannique, de l'Ontario, du Québec et de la Saskatchewan ainsi que l’Association for Mineral Exploration British Columbia.

Les intronisés du Temple de la renommée sont présentés à cinq endroits. L’exposition originale du Temple est située dans l'immeuble des mines à l'Université de Toronto, au 170, rue College, Toronto. La galerie du Temple de la renommée du secteur minier canadien dans les Galeries Teck au Musée royal de l’Ontario à Toronto a été inaugurée en décembre 2008. D'autres expositions du Temple de la renommée sont situées au Musée des industries nucléaire et minière d'Elliot Lake, dans le Nord de l'Ontario et au Britannia Mine Museum à proximité de Squamish, en Colombie-Britannique. La toute dernière exposition du Temple de la renommée du secteur minier canadien, présentée par la Corporation minière Barrick Gold, a ouvert ses portes en novembre 2012, dans le cadre de la Phase deux de la Galerie de la Terre Vale, au Musée canadien de la Nature, à Ottawa.


Pour plus d'information, contactez
Becky Bays, coordonnatrice TRSMC Tél. : 647-726-3185
Courriel : .(JavaScript must be enabled to view this email address)