header image
Alex Mosher (1900 - 1993) intronisé en 1990

Depuis le tournant du siècle, le prospecteur minier revêt une image romantique dans le folklore canadien. Cette réputation se comprend car c’est souvent le prospecteur qui est à l’origine de la métamorphose de régions sauvages en des centres de production prospères qui assurent les nécessités de la vie pour un grand nombre de personnes de l’industrie minière et créent des possibilités de grande envergure pour les industries à l’échelle du Canada.

Alex Mosher correspond parfaitement à cette définition. En tant que prospecteur d’un prospecteur, il n’a pas seulement institué et dignité la profession en fondant et en dirigeant L’association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs, mais il est également à l’origine de la création d’un bon nombre de mines et de collectivités minières.

Alex Mosher est le descendant d’une longue lignée de mineurs et de prospecteurs canadiens. Né dans la région de la mine d’or Eureka à Wine Harbour (Nouvelle-Écosse), il a hérité d’un intérêt indéfectible pour les mines et la prospection. Bien qu’il soit originaire des Maritimes, il a grandi à Cobalt, où l’exploitation minière et l’argent faisaient les frais de toute conversation et monopolisaient l’attention. C’est dans la région de Cobalt qu’il a commencé sa carrière en prospection, mais il n’a pas tardé à pousser plus loin ses recherches en explorant en canot des régions aussi éloignées que Larder Lake, Temagami, Savant Lake, Porcupine, Rouyn et Chibougamau. En 1927, avec son frère Murdock, il revendiquait la découverte des mines d’or Central Patricia.

En 1930, alors que Mosher prospectait dans la région de Matachewan, il joua un rôle important dans la découverte des mines d’or Ashley. Lui et son frère Murdock furent également parmi les premiers «inscrits» à la course à la revendication des gisements de Little Long Lac en 1931. Ils y revendiquèrent un grand bloc de concessions à l’ouest des possessions de MacLeod-Cockshutt qui formèrent par la suite les mines d’or Mosher Long Lac. Puis, il travailla dans la région de Sioux Lookout.
Alex Mosher mit Yellowknife (T.-du-N.-O.) sur la carte de l’exploitation minière de l’or avec ses découvertes dans cette région en 1938. L’or et l’argent attiraient davantage Mosher que tout autre métal jusqu’à ce que l’uranium devienne un sujet brûlant dans les années 1940. Il faisait partie d’un groupe qui revendiqua la découverte d’un filon radioactif en 1947 aux rapides Otter de la rivière Abitibi. Ce fut un événement historique puisque cette découverte était la première en son genre hors des Territoires-du-Nord-Ouest.

Il revendiqua plus tard un gisement magnétique situé à Bruce Lake, qui devint la mine Griffith. Pendant de nombreuses années, le rendement annuel de cette dernière fut de 1,5 millions de tonnes de boulettes de minerai de fer.

Les mines d’or Chimo sont une autre des découvertes de Mosher dans la ville québécoise de Vauquelin. Sous sa direction, l’or y fut exploité de 1966 à 1968.
Si Alex Mosher consacrait une grande partie de son énergie physique à la découverte et à la revendication de gisements de minerai, son énergie mentale était par ailleurs mise au service de la création de L’association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs. Il a été président de cet organisme en 1967-1968. Aidé de W.W. Dennis, il fournit ses conseils et son appui à l’association qui luttait à ses débuts pour survivre et demeurer productive. Son apport dans cette initiative et dans le domaine de l’exploration minière lui a valu en 1979 le prix W.W. Dennis en tant que prospecteur de l’année.