header image
Murray E. Watts (1909 - 1982) intronisé en 1989

Murray Edmund Watts, à la fois prospecteur aventureux et ingénieur minier, est probablement mieux connu pour son travail dans l’Artique où il a effectué nombre de découvertes importantes qui ont tant révélé sur ces vastes territoires au-delà du cercle artique.

De plus, en tant qu’ingénieur minier respecté, il s’est bâti une réputation enviable dans le développement et l’opération de mines de roches dures.
Watts, qui est né à Cobalt, Ontario, est crédité de la découverte des énormes dépôts de nickel de l’Ungava, au Québec, de la localisation des gisements d’amiante de Asbestos Hill dans la même région et autrefois opérés par Asbestos Corporation, la découverte des dépôts de fer de la rivière Mary dans la moitié nord de I’lle de Baffin, de la reconnaissance des dépôts de plomb et de zinc de Vestgron au Groënland; de même, de la zone “47” (cuivre) dans le secteur de la rivière Coppermine dans les Territoires du Nord-Ouest, et de la reconnaissance des dépôts de fluor, d’étain et de tungstène de la rivière Lost, en Alaska.

Les découvertes de nickel et d’amiante dans l’Ungava eurent lieu dans les années 1950, mais auparavant, en 1931, et alors âgé de 22 ans, il effectua un incroyable périple en canot de 1900 kilomètres dans l’Ungava à partir de Moose Factory, à la pointe sud de la Baie James.

Les programmes qui ont engendré les découvertes de Watts et leur évaluation subséquente ont fréquemment nécessité des innovations majeures en termes de logistique.

Il fut responsable de la construction de plus d’une douzaine de pistes d’atterrissage dans le cercle artique et fut l’un des premier à réaliser que l’utilisation de gros appareils et du transport maritime pourraient réduire les coûts de mise en place de structures d’exploration dans les régions ultra-nordiques.

Une innovation qu’il prôna fut l’utilisation du gros appareil quadrimoteur Hercule pour le projet Coppermine.

En plus de ses réalisations dans l’exploration et de ses découvertes, il connut beaucoup de succès en tant que gestionnaire minier à diverses périodes de sa carrière. Entre autre, il fut superintendant de la Canadian Malartic Gold Mines, ingénieur-chef et gérant de l’est pour le contracteur Patrick Harrison, et gérant-général du groupe de compagnies Little Long Lac, de 1948 à 1956.

L’Artique, cependant, et l’exploration dans l’Artique, furent son royaume de prédilection. Animé d’une passion sincère pour la région, il y travailla avec ardeur et détermination.

Pour toutes ses découvertes et ses réalisation, il se vit remettre l’Ordre du Canada et la médaille Massey de la Canadian Geographical Society.