header image
A.O. Dufresne (1890 - 1989) intronisé en 1992

Né le 10 avril 1890, A.-O. Dufresne a consacré les quarante-cinq ans de sa carrière professionnelle au ministère des mines du Québec. Il en a fait un outil de soutien efficace pour l’exploration et le développement des mines et qui a grandement contribué à l’exploitation ordonnée des richesses minérales de la province. À ses débuts en 1914, le ministère comptait sept employés. À sa retraite, en 1960, il en compte plus de cinq cent.

Au cours de sa troisième année à l’École polytechnique, avant de faire son choix de carrière, il travaille durant l’été pour la commission Barlow; celle-ci avait mandat du gouvernement provincial d’étudier les dépôts de cuivre récemment découverts à Chibougamau. Après quatre mois dans la brousse à effectuer des travaux d’arpentage, de cartographie et de cueillette d’échantillons de minerai, il décide de faire carrière en géologie et complète des études de deuxième cycle à l’université McGill.

Sa saison sur le terrain dans le Nord-Ouest québécois le marque profondément et guidera son travail toute sa vie. “Je pouvais entrevoir les possibilités d’établissements miniers et leur contribution majeure à la prospérité de la province.”
En 1914, muni d’une maîtrise en sciences de l’université McGill, il entre au Bureau des mines du Québec dont il devient directeur en 1927. Lorsque le Bureau devient le ministère des Mines en 1947, il est nommé sous-ministre et demeure à ce poste jusqu’à sa retraite, dix ministres différents plus tard.

Comme directeur, puis sous-ministre, il est responsable, au sein du gouvernement du Québec, du développement de la structure administrative qui allait permettre la croissance spectaculaire de l’industrie minière du Québec. Son travail entraîne des changements dans la législation sur les mines, la sécurité dans les mines ainsi que le développement des villes et villages miniers.

Il poursuit le travail de son prédécesseur en cartographie géologique pour finalement couvrir toute la province. Il met sur pied de nombreux services tels que publications, information technique, inspection des mines et carrières, analyses en laboratoire et recherche, de même qu’une usine-pilote de traitement du minerai à Québec et une usine d’échantillonnage à Val-D’Or.

En 1936, alors que son ministère acquiert la Gale Gold Mines dans la région de Val-D’Or, il fonde l’École des mines du Québec. Afin de promouvoir la prospection au Québec, il instaure des cours de prospection minérale qui sont d’abord dispensés à plusieurs endroits dans la province, puis, à partir de 1945, à l’université Laval et à l’École polytechnique.

Dufresne est à l’origine de la formation des premiers ingénieurs miniers, en métallurgie, et en géologie, grâce à un programme canadien de bourses d’études universitaires à l’intention des jeunes Québécois. Suivront, en 1924, la fondation de l’École des mines de l’université Laval et la mise sur pied de cours menant à l’obtention d’un baccalauréat en Sciences, avec spécialisation en génie géologique et minier, à l’École polytechnique.

De 1960 à 1962, il préside la Commission d’étude sur la loi des mines qui est à l’origine de révisions importantes de la Loi des mines du Québec.