header image
Côme Carbonneau (1923 - 2000) intronisé en 1994

Côme Carbonneau a connu une carrière inhabituelle dans l’industrie minière. Elle se déroule non seulement dans les secteurs académique et privé, mais aussi dans le secteur public, où il est devenu le bâtisseur et le développeur de la nouvelle entreprise d’état SOQUEM. Pendant son séjour à SOQUEM de 1965 à 1977, l’entreprise du Québec a découvert cinq gisements à un coût moyen de 3 millions de dollars chacun. La mine Doyon, qui compte actuellement parmi les plus grands producteurs d’or au Canada, est sa plus grande réalisation en exploration avec SOQUEM.

Né en novembre 1923, à Sainte-Foy (Québec), Carbonneau obtient un baccalauréat des arts à l’université Laval en 1943, un baccalauréat en Sciences, toujours à Laval, en 1948, une maîtrise en Sciences à l’Université de Colombie-Britannique en 1949 et un doctorat en géologie de l’université McGill en 1953. Il poursuit des études post-doctorales à l’Université de Louvain, en Belgique, en 1954.

De 1951 à 1963, il est professeur de géologie à l’École polytechnique et à l’Université de Montréal. Il passe ensuite au secteur privé comme vice-président chez St. Lawrence Colombium.

En 1965, il devient le président fondateur de SOQUEM. Il se développe sous son leadership une stratégie entrepreneuriale qui aujourd’hui correspond au terme à la mode “d’entrepreneurship”. Sur le plan technique, les équipes d’exploration de SOQUEM développent, sous sa direction, un système d’exploration radiométrique et spectrométrique aéroporté peu couteux et utilisé à partir d’avions légers. Cela mène à trois découvertes de niobium.

De 1981 à 1986, il est président et chef de la direction de Falconbridge Copper. Sous sa présidence, trois gisements sont découverts: le gisement de métal de base de Ansil, la mine d’or du Lac Shortt et la mine de zinc de Winston Lake.

Au cours de sa carrière, sa ténacité, son leadership et son dévouement mènent à la découverte de plusieurs autres mines telles que la mine Niobec, la Seleine et Louvem.
Après son séjour à SOQUEM, il retourne à l’enseignement à la faculté des Sciences et du Génie de l’université Laval.

Carbonneau a fait partie du conseil des gouverneurs des universités Laval et McGill. Il a aussi été membre de la Canadian Mineral Industry Education Foundation.

Il a reçu plusieurs distinctions, comme la médaille Selwyn G. Blaylock et le prix A.O. Dufresne, de l’Institut canadien des mines et de la métallurgie, ainsi que le prix Nicolas Denys de l’Association des prospecteurs du Québec. Il est aussi officier de l’Ordre du Canada. Carbonneau est aussi un lauréat du mérite géoscientifique de l’Association professionnelle des géologues et géophysiciens du Québec.