header image
Dawson Charlie : Klondike Discoverers intronisé en 1999

Au siècle dernier, la découverte d’or placérien au Klondike lança une des plus grandes ruées vers l’or du monde entier et transforma profondément l’histoire du Yukon et du Canada. Si la controverse persiste encore aujourd’hui en ce qui concerne l’identité du découvreur, on s’entend pour dire que la ruée a été déclenchée par quatre hommes: George Carmack, le fils d’un prospecteur d’or américain; ses partenaires autochtones Tagish Skookum Jim Mason et Dawson Charlie; et Robert Henderson, un prospecteur de la Nouvelle-Écosse.

Durant l’été 1896, M. Carmack et ses partenaires se trouvaient à un camp de pêche à l’endroit où la rivière Klondike se jette dans le fleuve Yukon. Personne ne se doutait que les événements à venir allaient transformer à tout jamais leur environnement sauvage en une ville de 30,000 habitants en seulement deux ans. Durant une visite au camp, M. Henderson révéla à M. Carmack qu’il avait trouvé des “couleurs” prometteuses en cherchant de l’or dans le ruisseau Gold Bottom. M. Carmack lui demanda s’il pouvait jalonner des claims à proximité de l’endroit, comme le voulait la coutume. M. Henderson lui dit qu’il était le bienvenu, mais que ses amis autochtones ne l’étaient pas.

Une semaine plus tard, M. Carmack et ses partenaires allèrent jeter un coup d’œil à la trouvaille de M. Henderson, mais ce qu’ils virent ne les impressionna guère. Durant cette courte visite, M. Henderson insulta davantage M. Mason et M. Charlie en refusant de leur vendre du tabac. En bout de piste, ses préjugés lui oûtèrent une fortune. M. Carmack et ses partenaires retournèrent au ruisseau Rabbit, l’affluent du fleuve Yukon où ils trouvèrent ce qu’ils cherchaient. C’est là que le 16 août 1896 l’un d’eux trouva une pépite d’or de la taille d’un dix sous. Si M. Carmack affirma toujours avoir aperçu le premier cette pépite, à la fois M. Mason et M. Charlie s’accordaient pour dire que c’est M. Mason qui fit la découverte.

Après des années de prospection ayant donné des résultats plus ou moins avantageux, c’était la découverte la plus prometteuse qu’ils avaient vue: l’or brut se trouvait là, massé entre les roches. Dès le lendemain matin, M. Carmack et M. Charlie se rendirent inscrire leurs claims, tandis que M. Mason resta sur les lieux pour protéger leur découverte: le ruisseau Bonanza. D’autres prospecteurs eurent bientôt vent de la nouvelle, mais pas M. Henderson qui continua d’exploiter son claim sans valeur de l’autre côté de la colline. Lorsqu’il entendit enfin parler de la découverte prodigieuse, tout le ruisseau Bonanza avait déjà été jalonné. Même l’Eldorado, un autre petit cours d’eau encore plus riche, avait été jalonné. Persuadé que cette découverte était le fruit des observations qu’il avait faites, M. Henderson déclara, avec amertume, que M. Carmack n’avait pas tenu sa parole alors qu’il avait promis de le prévenir de toute découverte dans la région.

Dès que la nouvelle parvint en Alaska, et ailleurs dans le monde, des milliers d’hommes et quelques femmes audacieuses plièrent bagages et se lancèrent à l’aventure vers cette nouvelle collectivité qui allait devenir la ville de Dawson, nommée d’après George Dawson de la Commission géologique du Canada. C’était le début de la grande ruée vers l’or du Klondike.

Au plus fort de la ruée, 22 000 personnes franchirent le col escarpé de Chilkoot pour se rendre jusqu’au district aurifère du Yukon. Les vieilles photographies estompées, montrant au loin la file de chercheurs d’or gravissant la montagne enneigée, constituent certaines des images les plus saisissantes et mémorables de l’histoire du Canada.

Le ruée vers l’or du Klondike ouvrit le Nord et permit aux Canadiens de constater les possibilités de cette région. De nos jours, le Yukon compte encore une industrie placérienne dynamique, et certains de ses mineurs sont des descendants de ces hommes et femmes qui prirent part à la ruée du Klondike au siècle dernier.