header image
James E.C. Carter (b. 1950) intronisé en 2017

James Carter est un géant de l’histoire des sables bitumineux canadiens et un chef de file exemplaire de leur développement durable. Il a transformé cette nouvelle industrie – et la ville pionnière de Fort McMurray, Alberta – en un moteur économique puissant pour la nation tout en élevant Syncrude Canada au rang de l’un des meilleurs et plus importants producteurs d’énergie au monde. Au cours de sa carrière de 28 ans chez Syncrude, M. Carter a révolutionné l’industrie des sables bitumineux grâce à des innovations audacieuses. Il a été le champion du développement des plus gros camions et des plus grosses pelles et a introduit l’hydrotransport des sables bitumineux et d’autres technologies d’avant-garde qui ont économiquement amélioré le rendement de l’industrie. Il a été un défenseur d’avant-garde de l’embauche des Autochtones et du développement de leurs entreprises commerciales; il a aussi contribué à la création de Vers le développement minier durable, un outil directeur pour la responsabilité sociale des entreprises (RSE) développé par l’Association minière du Canada (AMC). Son engagement envers la recherche et l’éducation est très bien démontré par ses travaux majeurs pour préserver et faire croître le programme de génie minier de l’Université de l’Alberta.

Né à Glasgow, Écosse, M. Carter a immigré au Canada avec sa famille en 1959, s’installant à l’Île du Prince-Édouard. Il a obtenu un diplôme en génie minier du Nova Scotia Technical College en 1973. Il s’est joint à Syncrude en 1979 et il en est devenu le vice-président des opérations une décennie plus tard, après avoir complété un programme de gestion au Harvard Graduate School of Business. Il a reconnu le besoin d’une économie d’échelle dans les sables bitumineux tôt dans sa carrière et a pris la décision controversée de changer les camions en service pour d’autres d’une capacité de 170 tonnes, doublant ainsi leur capacité. Il a par la suite travaillé avec des fournisseurs pour développer les plus grosses pelles au monde et les plus gros camions au monde, d’une capacité de 400 tonnes. Il a aussi introduit le premier hydrotransporteur breveté de sables bitumineux, ce qui a rendu désuets les convoyeurs et qui a permis de relier par satellite les installations d’extraction éloignées. Cette percée, combinée avec l’utilisation d’équipements miniers de grandes dimensions, a réduit l’énergie requise pour produire un baril de bitume de 40 %, entraînant des bénéfices économiques et environnementaux. Sous sa présidence, de 1997 à 2007, la production de Syncrude a progressé d’environ 200 000 à 350 000 barils par jour, alors que la capitalisation des marchés a crû de 3 milliards de dollars à environ 45 milliards de dollars.

M. Carter était un défenseur proactif et respecté du développement responsable. Durant son mandat, Syncrude est devenu le plus important employeur d’Autochtones et, 20 ans plus tard, plus de 200 entreprises autochtones affichent un chiffre d’affaires annuel de un milliard de dollars avec l’industrie. En tant que membre du conseil d’administration et par la suite président de l’AMC, il a favorisé la création et la mise en œuvre du programme Vers un développement durable, maintenant à la fine pointe de la RSE au Canada et à travers le monde. Au début des années 1990, M. Carter a encouragé les leaders de l’industrie à sauver le programme de génie minier de l’Université de l’Alberta, alors en difficulté, et d’en faire l’établissement de pointe qu’il est aujourd’hui. Il a aussi aidé à concevoir un programme innovateur de stages pour les métiers spécialisés, ce qui a aidé des milliers de jeunes gens à lancer leurs propres carrières.

M. Carter a reçu de nombreuses distinctions pour ses réalisations, incluant trois doctorats honorifiques, la Médaille du jubilé de diamant de la reine Élizabeth II en 2012 et l’Ordre du Canada en 2014.