header image
John Paris Bickell (1884 - 1951) intronisé en 2000

La plupart des gens suivent une orientation professionnelle particulière, mais John Paris Bickell mena avec succès plusieurs carrières au cours de sa vie extraordinaire. À l’âge de 23 ans, il lança sa propre firme de courtage, et il devint millionnaire à l’âge de 30 ans. En 1919, il quitta son entreprise pour devenir président, puis chef de la direction de McIntyre-Porcupine Mines, un des premiers et plus importants producteurs d’or en Ontario.

Mais ses réalisations transcendent le monde des affaires, car il avait un sens profond du devoir civic. Durant la Seconde Guerre mondiale, il fut nommé par Lord Beaverbrook au ministère britannique de l’avionnerie, où il siégea au conseil de l’approvisionnement en avions pendant la guerre- éclair. À son retour au Canada, il prit en charge Victory Aircraft, l’organisme fédéral qui produisait les bombardiers Lancaster pour l’Aviation royale du Canada.

Au fil des années, M. Bickell devint un des philanthropes les plus généreux du pays. La Fondation J.P. Bickell a été créée avec la somme initiale de 13 millions de dollars après son décès, en 1951, et elle a depuis distribué 85 millions de dollars à divers organismes. La moitié de cette somme a été donnée à l’Hospital for Sick Children de Toronto, mais l’industrie minière a aussi grandement bénéficié du soutien de cette fondation. Des bourses totalisant plus de 3 millions de dollars ont été offertes à des étudiants inscrits dans des disciplines liées au secteur minier.

M. Bickell est né à Molesworth, en Ontario, en 1884. Il fut embauché pour la première fois à titre de commis, mais il envisageait de grandes réalisations, un objectif auquel il s’attacha avec dévouement et discipline. Les voyages qu’il fit dans les districts aurifères du Yukon, alors qu’il était un jeune homme, éveillèrent l’intérêt qu’il entretint toute sa vie pour le secteur minier. Il fit preuve très jeune d’une aptitude remarquable en affaires et, dès son retour à Toronto, à l’âge de 23 ans, il ouvrit sa propre firme de courtage. Le jeune financier aida à développer une mine d’argent dans la région du Témiscamingue et orienta plus tard son attention vers la région de Timmins, qui se démarquait peu à peu comme le plus important siège minier au Canada.

L’entreprise McIntyre-Porcupine fut créée en 1911, réunissant des terres jalonnées par Sandy McIntyre et une propriété acquise par M. Bickell et située à proximité. Les analyses initiales produisirent de maigres résultats, mais M. Bickell conserva l’espoir et maintint l’entreprise durant cette période difficile. Plus tard, lorsque les analyses commencèrent à révéler des teneurs plus élevées, il fit l’acquisition d’autres terres. Ces efforts menèrent à la création de la mine McIntyre, qui se tailla une place dans l’histoire minière canadienne comme une des plus importantes mines du pays. De 1912 à 1955, la valeur de la production totale de cette mine atteignit 230 millions de dollars, et l’entreprise paya 62 millions de dollars en dividendes à ses actionnaires. L’entreprise McIntyre-Porcupine contrôlait aussi la mine d’or Belleterre, au Québec, et la mine d’argent Castle-Trethewey, près de Gowganda, en Ontario.

Durant la Seconde Guerre mondiale, M. Bickell était membre d’un groupe de quatre hommes réunissant aussi Lord Beaverbrook, R.B. Bennett et Beverley Baxter, connu sous le nom des “4B”. Ce groupe était chargé d’assurer l’approvisionnement en avions pour soutenir les efforts de guerre britanniques et canadiens.

M. Bickell était également un adepte de sport, et il aimait particulièrement le hockey. Il fut propriétaire d’une équipe de hockey, durant les années 1920, et il aida à concrétiser le rêve du Maple Leaf Gardens. Selon Conn Smythe, M. Bickell “joua un rôle déterminant dans la réalisation de ce projet d’envergure.” M. Bickell fut le premier président du Maple Leaf Gardens, et il fut plus tard nommé président du Conseil d’administration.

La fondation qu’il nous a laissée en héritage permettra “de perpétuer son œuvre philanthropique et d’immortaliser son nom.”