header image
Horace John Fraser (1905 - 1969) intronisé en 1992

La carrière de Horace John Fraser est variée: étudiant talentueux, professeur respecté, fonctionnaire aux États-Unis pendant la guerre et dirigeant senior d’une compagnie minière dans le secteur privé. C’est surtout pour sa carrière dans ce secteur qu’on se souvient de lui alors qu’il supervise la fusion de Ventures Ltd. et Falconbridge Nickel Mines en Falconbridge Limited, et lance la compagnie dans sa plus importante période de croissance jusqu’à ce qu’elle devienne finalement la deuxième plus importante compagnie productrice de nickel du monde libre.

Fraser naît à Girvin, Saskatchewan, le 27 novembre 1905. En 1925, il obtient un baccalauréat en Sciences (chimie) de l’université du Manitoba, de même qu’une médaille d’or en sciences, puis une maîtrise en Sciences en 1928. La même année, il entre à Harvard et y obtient une maîtrise, suivie d’un doctorat en géologie économique en 1930.

Il travaille pendant trois ans pour la International Nickel Company of Canada mais retourne dans le milieu académique en 1935, comme assistant professeur au California Institute of Technology où il restera pendant sept ans.

Après l’entrée des États-Unis dans la Deuxième guerre mondiale, Fraser se rend à Washington, en 1942, où il est nommé assistant au chef de la division, en charge des ferroalliages.

À l’issue du conflit, en 1945, il revient au Canada et se joint à Ventures. Falconbridge Nickel Mines est alors une filiale de Ventures; Fraser y est d’abord nommé gérant, puis éventuellement président et chef de la direction en 1957. En 1958, il est nommé président et directeur général de Ventures. Les deux compagnies se fusionnent finalement grâce à ses habiletés en administration et à sa perspicacité en affaires.

Lorsque Fraser commence chez Falconbridge, la compagnie n’opère qu’une seule mine. Au fil de ses années avec la compagnie, la mine et le moulin Strathcona entrent en opération de même que les mines Fecunis, Hardy, McKim et Boundary. C’est la période de croissance la plus importante de Falconbridge.

Son entreprise peut-être la plus significative est sa décision de développer un complexe minier de ferronickel en République Dominicaine. Au fait du potentiel des gisements de latérite, ses antécédents académiques le convainquent que la difficulté d’extraire du nickel de gisements aussi réfractaires pouvait être résolue. Sous sa direction, les gisements de nickel latérite de la République Dominicaine sont explorés pendant plus de quinze ans, parallèlement à la poursuite d’un projet de recherche visant à développer un procédé commercial de traitement du nickel.

Quoiqu’il mourut avant le début des opérations, Fraser fut le moteur de la mise sur pied de Falconbridge Dominica C. por A. qui produit environ soixante-trois millions de livres de ferronickel par année.

Fraser s’attache à maintenir des standards élevés d’éducation pour l’avancement du pays. Il travaille à assurer l’appui du milieu des affaires aux institutions d’éducation canadiennes et est membre du conseil consultatif sur le génie de l’université Queens. Un des visionnaires à l’origine de la fondation de l’université Laurentienne à Sudbury, il en préside le conseil des gouverneurs en 1965.

Fraser s’éteint en 1969.