header image
Dr. Norman B. Keevil (b. 1938) intronisé en 2004

À titre de scientifique, spécialiste en exploration, entrepreneur, innovateur et dirigeant du secteur minier, Norman B. Keevil, Ph.D., a contribué de façon remarquable à son industrie, sa province et son pays.

Teck Corporation a vu le jour avec quelques petites mines d’or en Ontario et au Québec. Il y a trente ans, ses recettes s’élevaient à 11 millions de dollars et provenaient principalement du pétrole, et son actif totalisait 48 millions de dollars.

Après un certain nombre de regroupements, un déménagement de Toronto à Vancouver, une fusion et une nouvelle désignation, Teck Cominco est aujourd’hui une société d’extraction et d’affinage diversifiée. Elle extrait l’or, les métaux communs et le charbon au Canada, aux États-Unis et au Pérou, et elle compte des affineries de métaux en sol canadien et péruvien. Teck Cominco est la plus grande productrice de zinc au monde. En 2002, ses recettes s’établissaient à plus de 2 milliards de dollars, et son actif était évalué à plus de 5 milliards de dollars.

Né à Cambridge, dans le Massachusetts, où son père originaire de Saskatoon menait des recherches à l’Université Harvard, M. Keevil a obtenu son B.A.Sc. en géologie appliquée à l’Université de Toronto en 1959, et son doctorat à la University of California (Berkeley) en 1964. Il s’est joint à la société Teck en 1962. En 1981, il est devenu président et chef de la direction de la société, puis président du conseil d’administration et chef de la direction en 2000, et président du conseil d’administration ne faisant pas partie du groupe de la direction en 2001.

Selon M. Keevil, la réussite d’une société minière repose sur trois éléments : de riches gisements, les capitaux nécessaires à leur mise en valeur et une équipe compétente.

Cette perspective est manifestement la bonne, car elle a permis à Teck Cominco d’aménager des mines fructueuses partout au Canada, allant de la Colombie-Britannique jusqu’à Terre-Neuve, en passant par le Yukon, l’Ontario et le Québec, et, plus récemment, en Australie, au Chili, au Pérou et aux États-Unis.

M. Keevil est un négociateur perspicace qui possède un flair fantastique pour les nouvelles possibilités dès leurs toutes premières manifestations. C’est d’ailleurs cette qualité unique qui a donné naissance aux projets houillers du nord-est de la Colombie-Britannique, au camp aurifère Hemlo et au projet de Voisey’s Bay. En 1986, Teck a surpris le milieu des affaires en s’alliant à Metallgesellschaft et MIM pour prendre une participation de 31 % dans Cominco Ltée. Éventuellement, Teck a racheté la part de ses partenaires. En 2001, elle est devenue propriétaire à part entière de Cominco, et c’est ainsi qu’est née Teck Cominco.

Depuis des dizaines d’années, Norman Keevil a la réputation de traiter équitablement avec les prospecteurs et les petites entreprises minières. Son intérêt pour les scénarios favorables à toutes les parties a fait de Teck un partenaire de choix pour beaucoup de ces entreprises.

Durant les périodes de volatilité des prix des métaux et de circonstances financières ardues, M. Keevil a travaillé avec le gouvernement et d’autres intervenants de l’industrie, par l’entremise de L’Association minière du Canada, afin de générer des avantages pour l’ensemble du secteur, qui n’auraient peut-être pas été possibles autrement. À titre de président du conseil d’administration de l’AMC, il a aussi largement contribué à l’élaboration de la Politique environnementale de l’Association.

À bien des occasions, en particulier en Colombie-Britannique, M. Keevil a pris les devants en ralliant l’industrie derrière des initiatives gouvernementales avantageuses, tout comme il a pris l’initiative d’offrir une critique valable aux politiques négatives du gouvernement.

Il a tissé des liens importants entre la recherche universitaire et l’industrie. Il est d’ailleurs un grand défenseur de l’unité de recherche sur les gisements minéraux de la University of British Columbia. Teck Cominco a créé la chaire de recherche Norman B. Keevil en exploration minérale à la UBC, relevant du coup le niveau de la recherche et rehaussant l’image de l’exploration minérale.

Outre son soutien à la UBC, M. Keevil a aidé à créer la chaire Teck en géophysique d’exploration à l’Université de Toronto, une chaire minière canadienne au centre minier de la faculté de génie de l’université catholique Pontificia, au Chili, et une bourse d’études en sciences de la terre à la University of Western Ontario .

Le sens aigu des affaires de M. Keevil, ainsi que sa vision prospective et son leadership dans les domaines de l’industrie minière et des grandes questions communautaires, de même que sa société d’attache, font de cet homme un membre remarquable du Temple de la renommée du secteur minier canadien. Il y rejoint son père, Norman B. Keevil Sr, Ph.D., intronisé au Temple en 1990, mais en empruntant son propre chemin de la distinction.