header image
Donald H. Gorman (b. 1922) intronisé en 2009

Pendant plus d’un demi-siècle, Donald Gorman a servi avec distinction le secteur minier canadien à titre de minéralogiste réputé et d’éducateur aux talents incontestables. Né à Fredericton, il termine son baccalauréat ès sciences en 1947 dans sa province natale du Nouveau-Brunswick après avoir dû interrompre ses études pour servir dans la Marine canadienne durant la guerre. Après des études supérieures en géologie économique en 1948-1949 au Royal School of Mines à Londres, en Angleterre, il obtient son doctorat en 1957 de l’Université de Toronto avant de se lancer dans l’enseignement.

“Digger” Gorman enseigne la minéralogie avec un enthousiasme sans borne au cours des 41 années qui suivent, devenant ainsi une source d’inspiration pour plusieurs centaines d’étudiants en géologie et en génie désireux de poursuivre une carrière dans l’exploration et l’exploitation minières. Il s’attire le respect des étudiants en illustrant les deux facettes de la science : d’une part, l’analyse rigoureuse des minéraux, ainsi que leur composition et leur intérêt; et, d’autre part, le plaisir découlant de la résolution de casse-tête géologiques et de la découverte de trésors minéraux. Pour ces étudiants, les minéraux ne constituent pas des formules chimiques ni des structures cristallines, mais des êtres vivants qui relatent une histoire intemporelle, façonnent l’histoire et stimulent les progrès de l’humanité. Sa maîtrise incomparable du royaume minéral est le fondement de son succès à titre d’enseignant, et cette rare aptitude, jointe à une personnalité attachante, domine son enseignement et produit plusieurs générations d’étudiants qui ressortent de l’Université de Toronto avec les meilleures bases en reconnaissance des minéraux de tout le Canada.

En plus d’être un enseignant doué, Gorman est un estimé mentor auprès de minéralogistes et géologues éventuels, un expert-conseil recherché par l’industrie et un travailleur de la recherche appliquée. Il sait en outre mettre en valeur sa science lors d’événements publics prisés. Pendant plusieurs décennies, il est la « vedette » lors de foires de minéralogie et de gemmologie, comme le Bancroft Gemboree où tant des minéralogistes amateurs que des prospecteurs chevronnés tentent de mettre à l’épreuve l’expert placé devant d’innombrables spécimens de minéraux obscurs. Il est rare que Gorman ne parvienne pas à identifier les spécimens, même ceux qui ne sont pas des substances d’origine naturelle. Il est un conférencier admiré du public au Musée royal de l’Ontario et au Walker Mineralogical Club, le plus ancien club de minéralogie au Canada, qui en fait son président honoraire en 1981. Au nombre de ses activités de liaison, mentionnons : des présentations mémorables devant des groupes confessionnels et de jeunes et, des apparitions à la radio et à la télévision qui renforcent son statut d’ambassadeur du Canada pour la minéralogie et la géologie.

Gorman s’est vu décerner de nombreuses distinctions pour son excellence en enseignement et sa contribution exemplaire à l’avancement de la science, notamment le prix de la minéralogie Peacock en 1975-1976. En 1978, il reçoit le prix d’excellence en enseignement de l’Union des associations des professeurs des universités de l’Ontario. En 1981, l’Association minéralogique internationale accepte que le nom « gormanite » soit attribué à un minéral qui vient d’être découvert. En 2004, son nom figure sur la liste des Grands enseignants du passé de l’Université de Toronto, un groupe choisi de quelque 96 anciens enseignants qui comprend un seul autre spécialiste des sciences de la Terre.