header image
Gerald G. Hatch (1922 - 2014) intronisé en 1998

Décrit avec raison comme “une richesse nationale”, Gerald Hatch a été reconnu à maintes reprises pour son apport exceptionnel au perfectionnement de la métallurgie extractive au Canada, et plus particulièrement des procédés à haute température, de même que pour son leadership au niveau des services techniques multidisciplinaires. Hatch Associates, sa firme d’ingénierie de renommée internationale, a dirigé avec succès de nombreux projets métallurgiques à toutes les étapes critiques de leur développement, allant de la recherche jusqu’à la production, en passant par l’aménagement.

Né le 30 juillet 1922 à Brockville, en Ontario, M.  Hatch a fait ses études secondaires et universitaires à Montréal. En 1944, il obtenait un diplôme en génie métallurgique, avec distinction, de l’Université McGill. Une incapacité physique l’ayant empêché de participer à la Deuxième Guerre mondiale, il s’est consacré à l’étude et a obtenu, en 1948, un doctorat du Massachusetts Institute of Technology. M. Hatch s’est alors penché sur l’élaboration de la technologie extractive pour la production de titane ductile.

En 1952, M. Hatch devenait le directeur des travaux de la plus grande fonderie d’ilménite au monde, exploitée par Qit-Fer et Titane à Sorel, au Québec. M. Hatch a fait partie de l’équipe qui a permis à une entreprise commerciale et technique sur le point de s’effondrer de se transformer en une exploitation prospère dont le succès se manifeste encore aujourd’hui.

M. Hatch a quitté la société QIT pour réaliser son rêve de créer une entreprise d’ingénierie dont l’objet serait de contribuer à tous les volets des projets de l’industrie - recherche et développement, commercialisation, exploitation et financement.

Son travail au sein de la société QIT lui avait appris qu’une telle approche globale permettait de mener à bien des projets en respectant les délais et les budgets, tout en réduisant le plus possible la période des mouvements négatifs de trésorerie.

Un certain W.A. Atkins, qui exploitait avec succès une firme d’experts-conseils en Grande-Bretagne, a aidé M. Hatch à réaliser son rêve et lui a donné l’occasion de mettre en place le genre d’organisation qu’il cherchait à créer.

En 1958, la firme d’experts-conseils de M. Hatch, comptant six employés, ouvrait ses portes à Toronto. En 1965, la firme avait grandi et comptait 60 employés. Puis, M. Hatch et deux associés ont acheté la firme. En 1976, la firme Hatch Associates comptait un effectif de 700 personnes et était devenue l’entreprise polyvalente et unique dont M. Hatch avait rêvé, offrant de nombreux services à une clientèle de tous les coins du monde. Durant les années 90, la société n’a pas été victime de la récession, étendant ses services au Canada et à l’étranger.

M. Hatch a participé activement à la direction de son entreprise, et il a joué un rôle de premier plan dans certains projets, comme l’élaboration d’une nouvelle méthode de réduction du minerai et de fusion au four électrique à la fonderie de ferro-nickel de Falconbridge en République dominicaine. Dans un autre secteur d’importance industrielle considérable, il a reconnu la possibilité d’utiliser le fer de réduction directe comme charge d’alimentation de l’aciérage au four électrique. La société Hatch Associates a remporté le Prix d’excellence du Gouverneur général pour la mise en oeuvre de cette méthode.
Tout au long de sa carrière, M. Hatch a également obtenu un grand nombre de brevets et publié beaucoup d’articles, en particulier dans le domaine de l’ingénierie à haute température et métallurgique. Il a pris sa retraite en 1990, mais seulement après avoir contribué au progrès de la science du traitement métallurgique d’exploitations minières à l’échelle mondiale.