header image
Gilbert A. LaBine (1890 - 1977) intronisé en 1989

Gilbert LaBine a changé le cours de l’histoire mondiale en 1930 par la découverte qu’il effectua au Grand Lac de l’Ours dans les Territoires du Nord-Ouest.

En découvrant des gisements de radium et d’uranium, LaBine faisait entrer le Canada dans l’âge atomique. Il était probablement l’un des rares prospecteurs à cette époque à pouvoir identifier ce type de composé minéral.

Autodidacte, il avait déjà essayé de faire sa marque bien avant sa fameuse découverte de la mine d’uranium de l’Eldorado; mais ses efforts, de la découverte à l’exploitation d’argent et d’or, n’avaient guère porté fruit.

Né près de Pembroke, Ontario, il fut d’abord actif dans les champs d’argent de la région de Cobalt et connut des succès modestes lors des ruées de jalonnements à Porcupine et Kirkland Lake. Il prospecta dans les années précédant la Grande Guerre avec des célébrités comme Benny Hollinger, et prêta main-forte à Harry Oakes alors que ce dernier n’était qu’un jeunot fraîchement débarqué d’Angleterre.

Mais LaBine et son frère Charles, dont les propriétés aurifères de Sesikenika Lake et une autre du Manitoba rapportèrent peu, formèrent une compagnie, Eldorado Gold Mines.

La compagnie ne connut pas le succès espéré mais procura à LaBine l’argent requis pour poursuivre des travaux qui menèrent à la mine d’uranium d’Eldorado au Lac de l’Ours.

Ce projet, réalisé en partenariat avec C.E. Paul, fut un modèle de persévérance. Le développement de la mine, et la construction de la raffinerie à Port Hope, en Ontario, pour produire le radium et ce qui était alors l’inutile uranium, furent réalisés contre toute attente.

Le gisement de radium-uranium d’Eldorado était si riche qu’il mit fin au monopole de la Belgique sur le radium. Mais des marchés saturés et l’accumulation de stocks causèrent la suspension de la production jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale lorsque la demande d’uranium se fit pressante - uranium qui fut à l’origine de la production de la première bombe atomique dont l’explosion, à Nagasaki et Hiroshima, mit fin à la guerre la plus dévastatrice de l’histoire de l’humanité.

Comme mesure de guerre, la gouvernement du Canada avait arbitrairement exproprié la mine Eldorado en 1943, quoique LaBine continua à la gérer jusqu’en 1947.

Quelques années après la découverte d’Eldorado, LaBine retourna au Manitoba où, en 1934, il forma Gunnar Gold Mines, qui connut le succès pendant plusieurs années comme producteur d’or.

Dans l’après-guerre, après avoir laissé Eldorado, devenue société de la Couronne, sa compagnie Gunnar Gold découvrit un important gisement d’uranium au nord de la Saskatchewan, qui contribua à renforcer la position mondiale prééminente du Canada en tant que producteur d’uranium.

LaBine a amplement mérité le titre de “Monsieur Uranium” au Canada et les honneurs lui échurent de tous côtés. Il fut investi de l’Ordre de l’Empire britannique en 1946, reçu la prestigieuse médaille Inco en 1957, et en 1969, vers la fin de sa vie, il fut fait membre de l’Ordre du Canada.