header image
James J. McDougall (1925 - 2011) intronisé en 2006

Durant une carrière qui s’est échelonné sur plus d’un demi-siècle, James McDougall était réputé pour reculer les frontières où peu de géologues auparavant s’étaient aventurés. On dit que ses empreintes se retrouvent sur à peu près toutes les venues minérales en Colombie-Britannique, au Yukon et en Alaska, où il a découvert ou aidé à découvrir plus de 16 importants gisements de minéraux. Sa découverte la plus importante et la plus célèbre a été faite dans un parc et ne sera probablement jamais exploitée, mais son travail de pionnier dans la découverte des gisements de cuivre-or-cobalt de Windy Craggy l’élève au rang des autres grands spécialistes de la découverte de mines au Canada.

M. McDougall est né à Grand Forks, en Colombie-Britannique, dans une famille de pionniers des mines. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il a servi outre-mer et à son retour au pays, il a étudié la géologie à l’Université de la Colombie-Britannique. Il a obtenu son baccalauréat en sciences en 1951 et sa maîtrise en sciences en 1954, après quoi il est devenu ingénieur des mines. Après ses études, il s’est joint au Ventures Group of companies, alors sous la houlette du renommé spécialiste de la découverte de mines Thayer Lindsey, et il est demeuré au sein du groupe après que celui-ci en est venu à faire partie de Falconbridge. M. McDougall a été nommé gestionnaire de l’exploration dans l’Ouest en 1970, poste qu’il a occupé jusqu’à sa « retraite » dans les années 1980, avant de devenir un expert-conseil très en demande.

L’héritage de M. McDougall se reflète dams ses découvertes d’un potentiel minier diversifié dans la Cordillère de l’Ouest. On lui doit en effet la découverte du gîte porphyrique de cuivre de Catface sur la côte ouest de l’Île de Vancouver, de la mine de fer-cuivre Tasu dans les Îles de la Reine Charlotte, de la mine d’or de l’île Banks près de Prince Rupert ainsi que du gisement de cuivre Sustut dans le Centre-Nord de la Colombie-Britannique.

Ses compétences techniques, sa vision et sa détermination à travailler tant qu’il y avait de la clarté ont contribué à ses succès dans le domaine de la prospection, mais un autre facteur tout aussi important a été son désir d’explorer des régions sauvages accidentées et éloignées. Il a été parmi les premiers à se servir des avions à aile fixe, puis des hélicoptères pour explorer de nouveaux territoires et parmi les premiers également à tirer parti des techniques géochimiques et géophysiques de pointe.

Le site de Windy Craggy a été découvert en 1957 lorsque M. McDougall et son équipe, le géologue W.W. Wilkinson et le prospecteur Meade Hepler, ont examiné des roches de couleur rouille dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique. M. McDougall a repéré des blocs rocheux minéralisés sur un versant d’une montagne abrupte et y a découvert un gisement dissimulé en grande partie par les débris et les glaciers de la vallée. Au cours des saisons subséquentes, il transportait de petits outils de forage dans son sac à dos en gravissant la montagne et a ainsi obtenu les premières intersections de minerais à teneur économique dans la carotte de forage. Subséquemment, plus de 50 millions $ ont été investis dans l’exploitation de ce gisement de classe internationale. En peu de temps, la mine de Windy Craggy a été considérée comme recelant un potentiel comparable à la mine géante d’argent-plomb-zinc Sullivan dans le sud. Au début des années 1990, des groupes environnementaux ont exercé avec succès des pressions sur le gouvernement de l’heure afin de mettre un terme à tout autre développement. Toute la région entourant Windy Craggy a été proclamée Parc national en 1995 et a été reconnue comme parc du patrimoine par les Nations Unies un an plus tard. Néanmoins, cette découverte a fait de “Jimmy Mac” (comme on le surnomme affectueusement) l’un des géologues les plus talentueux, tenaces et éminents de la Colombie-Britannique.

En 1985, M. McDougall a été nommé « Prospecteur de l’année » par l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs. En 1987,la Chambre des mines de la Colombie-Britannique et du Yukon lui a décerné le prix d’excellence H.H. Spud Huestis dans les domaines de la prospection et de l’exploration minière.