header image
James Paul Norrie (1891 - 1945) intronisé en 2000

Désigné par ses contemporains comme “l’homme qui a bâti les mines de Malartic”, James Paul Norrie a su combiner ambition, énergie, flair et sens inouï des affaires pour découvrir et établir des mines en Abitibi, dans le nord-ouest du Québec, dont les mines d’or Perron, East Malartic et Malartic.

Sa contribution inestimable au développement de l’industrie minière du Québec lui valurent une place dans l’histoire du Canada, mais il fut aussi le maître d’œuvre de nombreux autres projets minièrs au Canada et le fondateur de la société de forage Inspiration Mining and Development.

Né et élevé à Truro, en Nouvelle Écosse, M. Norrie obtint son diplôme au Nova Scotia Technical College en 1913. Il fut d’abord inspecteur de mines, et il travailla ensuite pour plusieurs sociétés américains avant de s’orienter vers les régions sauvage du Québec.

M. Norrie était plus qu’un ingénieur minièr lorsqu’il parvint en Abitibi: il était prospecteur, consultant, aménageur, administrateur, financier et promoteur. Son enthousiame remarquable était une source d’inspiration pour tous ses collégues. Son dynamisme se résume par ces paroles célèbres: “Traverse la rue lorsque le feu est rouge, sinon tu ne devanceras jamais personne”.
De fait, M. Norrie devança tout le monde en Abitibi. Il entreprit son travail dans les cantons de Malartic et Fournière, où les gisements étaient masqués par un réseau complexes de filons et recouverts d’un épais mort-terrain impénétrable à l’aide des techniques géophysiques de l’époque. M. Norrie parvint toutefois à percer les mystères géologiques de l’endroit grâce à son sens de l’observation aiguisé et son bon jugement.

Après l’aménagement de la mine Stadacona, il tourna son attention vers les riches filons d’or sur lequel travaillait alors Alex Perron. Ce filon était encaissé dans les roches différentes de celles des autres venues, et la construction de l’usine sema la consternation dans le milieu minièr. Mais M. Norrie fit preuve de persévérance et, en 1936, le Québec comptait une nouvelle mine. Au cours des années qui suivirent, la valeur de la production d’or de cette mine atteignit plus de 12 millions de dollars, une somme phénoménale à l’époque.

Si l’apport inestimable de M. Norrie aux collectivités de Malartic et Val d’Or incita les Québécois à l’adopter comme un de leurs, ses réalisations ne se limitérent pas à cette province. Une mine de mica qu’il découvrit en Ontario était suffisamment importante pour répondre aux besoins des alliés, durant la guerre, pour ce minéral.

Il joua aussi un rôle déterminant dans la découverte de pitchblende, au Grande Lac de l’Ours, qui mena éventuellement à l’aménagement de la mine d’uranium Eldorado.

Les réalisations de M. Norrie lui valurent la reconnaisance générale. Un reportage publié dans le journal The Globe and Mail, en 1944, indiquait ce qui suit: “James P. Norrie n’est pas un alchimiste, mais sa capacité de transformer un terrain motteux en or miroitant fait de lui le bâtisseur de mines plus remarquable de toute l’histoire du Québec”.