header image
John Williams “Jack” McBean (1913 - 1973) intronisé en 1999

Jack McBean, géologue et entrepreneur, transformait de petites entreprises en péril en sociétés rentables. Il contribua à la réussite des mines d’or Upper Canada, Upper Beaver et Macassa-Tegren, dans la région de Kirkland Lake, en Ontario. Il mit aussi en œuvre des projets d’exploration dans l’Arctique, qui menèrent à la découverte du riche gisement lombo- zincifère devenu la mine Polaris, soit la mine de métaux communs la plus au nord dans le monde entier. M. McBean transforma également Heath and Sherwood Drilling en une société dynamique de renommée internationale, et il fut un des fondateurs de la vaste société Panarctic Oils.

Né dans le comté de Glengarry, en Ontario, M. McBean aida à élever ses jeunes frères et sœurs après le décès de son père, en 1936. En 1939, il obtint son diplôme en géologie à l’Université de Toronto, et il ajouta à ses connaissances en faisant des études supérieures à l’Université Queen’s.

Après avoir quitté le service militaire, en 1945, M. McBean devint le premier géologue en poste au ministère des Mines de l’Ontario. Un an plus tard, il se joignit à Upper Canada Mines à titre de géologue en chef. Bouleversé d’apprendre que les ressources minérales de la mine seraient épuisées en six mois, M. McBean entreprit de refaire la cartographie de la mine et d’évaluer son potentiel. Ses travaux portèrent fruit: il découvrit une nouvelle structure géologique - la veine L - qui devint rapidement la source de inerai la plus productive de la mine, et qui permit d’en prolonger l’exploitation jusqu’en 1970. C’est ainsi que commença la longue et fructueuse association entre M. McBean et Upper Canada. Ses efforts visant à mettre en valeur un gisement d’or sur la propriété d’une filiale, Queenston Gold Mines, qui se trouvait tout près, ne furent toutefois pas couronnés d’autant de succès. Une mine y fut tout de même aménagée, au début des années 1980, et nommée McBean en son honneur.

En 1951, M. McBean s’attacha à un nouveau défi lorsqu’il fit l’acquisition de Heath and Sherwood Drilling, une petite entreprise établie à Kirkland Lake. Sous sa direction, cette firme devint reconnue pour son innovation technique, et elle mena de grands programmes d’exploration au Canada et à l’étranger. En 1957, M. McBean retourna chez Upper Canada Mines et se retrouva rapidement engagé dans l’incursion pétrolière de la filiale Bankeno Mines.

Avec son associé Geoffrey Charlewood, Ph.D., M. McBean rencontra J.C. Campbell Sproule, Ph.D., une autorité reconnue en matière de potentiel pétrolier et gazier de l’Arctique canadien. Un programme d’exploration fut amorcé en 1960 et prit un cours inattendu lorsqu’on fit la découverte d’une minéralisation plombo-zincifère sur l’île Little Cornwallis.

Manquant de fonds pour poursuivre les travaux, M. McBean tenta d’obtenir le soutien de Cominco. Ses efforts furent récompensés lorsqu’un marché fut conclu et procura à Bankeno un quart des intérêts. Les travaux subséquents évélèrent que Polaris était l’un des gisements plombo-zincifères les plus riches au monde. Cependant, la chute des prix et les négociations avec le gouvernement retardèrent le projet jusqu’en 1982, année où la production fut enfin mise en marche sous la direction de Cominco.

MM. McBean et Sproule continuèrent de s’intéresser au potentiel pétrolier de la région et formèrent Panarctic Oils en 1966. Un an plus tard, l’entreprise fut officiellement lancée grâce à l’appui de Cominco, de Dome Petroleum et du gouvernement du Canada.

Ces réalisations variées témoignent de la capacité de M. McBean d’allier ses connaissances géologiques à son sens des affaires et à ses grandes qualités de chef. Son enthousiasme irrépressible rayonna dans tout ce qu’il entreprit et lui valut l’amitié de nombreuses personnes.