header image
R. G. K. Morrison (1899 - 1983) intronisé en 2007

Le professeur R. G. K. Morrison est connu comme le père de la mécanique des roches au Canada pour avoir été parmi les premiers à inclure la mécanique des roches et le contrôle des pressions des terrains comme éléments essentiels de la conception et de l’exploitation des mines souterraines. Malgré qu’il soit juste et mérité, cet hommage ne révèle pas l’ampleur de l’apport de R. G. K. Morrison à la transformation de l’industrie, qui a bénéficié au monde entier.

R.G.K. Morrison est né à Chesterville, en Ontario. Après son cours secondaire, il s’est enrôlé dans l’armée en 1917 et a servi à l’étranger comme pilote durant la Première Guerre mondiale, puis dans la mer Caspienne après la guerre. Il s’est inscrit à la faculté de génie minier de l’Université de Toronto sous les auspices du programme des anciens combattants et a obtenu son diplôme en 1923. Après avoir travaillé dans le nord du Manitoba, il s’est joint à la compagnie John Taylor and Sons, exploitants des champs aurifères de Kolar, en Inde, oû il a travaillé de 1927 à 1949.

R.G.K. Morrison a commencé à travailler dans les mines parmi les plus profondes au monde (plus de 2 000 mètres). Les coups de toit étaient fréquents et il a échappé de justesse à une secousse qui a emporté deux de ses collègues à sa première année en Inde. Cette tragédie a éveillé son intérêt pour la mécanique des roches et il a bientôt fait autorité dans les défaillances soudaines des rochers sous forte contrainte entourant l’ouverture des mines. Au cours des années 1930 et 1940, ces défaillances étaient courantes dans les mines de gisements d’or filoniens de l’Ontario. Le travail consistait à « suivre le filon » parmi un ensemble désordonné d’ouvertures soumises à de fortes contraintes. Les chutes de terre et de rochers emportaient de 20 à 50 mineurs chaque année. R.G.K. Morrison s’est rendu au Canada pour étudier la question au nom de l’Association minière de l’Ontario et a remporté la prestigieuse médaille INCO en 1942, pour son fameux Report on the Rockburst Situation in Ontario Mines.

La principale contribution de R.G.K. Morrison a été de comprendre et d’expliquer comment les zones de rochers sous contrainte se formaient autour des ouvertures des mines à mesure qu’elles éétaient agrandies. Il a exposé aux exploitations minières canadiennes les concepts du « voûtage » (création de zones sous contrainte autour des ouvertures des mines) et de l’extraction sééquentielle (excavation ordonnée et planifiée des chambres dans une séquence). Ses idées nouvelles ont permis une formidable réduction des accidents et des décès liés au contrôle des pressions des terrains et ont aussi contribué à faire en sorte que la conception des mines cesse d’être un artisanat pour devenir une science fondée sur des principes éprouvés de mécanique des roches. Les nouvelles pratiques ont fait de l’exploitation minière une activité plus sûre et prévisible et ont été adoptées dans le monde entier. On ne peut qu’imaginer combien de décès et de blessures les idées novatrices de Morrison ont permis d’éviter.

R.G.K. Morrison a été président du département de génie minier de l’Université McGill, à Montréal, en 1949, et est demeuré attaché à l’Université après son départ à la retraite, en 1966, à titre de professeur émérite. Il s’est battu pour sauver les programmes de génie des compressions budgétaires, a rédigé le premier manuel sur le contrôle des pressions des terrains et a été un conseiller respecté dans l’industrie. R.G.K. Morrison a aussi appuyé des associations industrielles, notamment l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole, qui lui a décerné l’honneur ultime, la Médaille pour services remarquables, en 1976.