header image
Sir Harry Oakes (1874 - 1943) intronisé en 1995

L’aventure, la gloire et la fortune se sont trouvées sur la route de Sir Harry Oakes, le prospecteur et découvreur de mines autodidacte qui a transformé le district de Kirkland Lake, en Ontario, en l’une des plus fameuses régions aurifères du monde. Sa réussite la plus remarquable fut la découverte et le développement de la mine Lake Shore, la trouvaille la plus significative de cette région.

Lake Shore fut la plus grande productrice de ce camp miner et, à un moment, du monde occidental. De 1918 à 1965, la mine a produit 8 499 000 onces d’or à un niveau de recouvrement de 0,51 onces d’or par tonne traitée.

Oakes est né à Sangerville, Maine. Il a commencé sa carrière dans l’exploration plusieurs années après avoir obtenu un baccalauréat du collège Bowdoin dans le Maine.

Pendant plus d’une décennie, le jeune Harry Oakes sillonna le monde à la recherche d’or. Il se rendit d’abord au Klondike, en 1899, puis en Alaska, en Nouvelle-Zélande, en Australie, aux Philippines, au Mexique, en Afrique et dans l’ouest américain. Il se montrait très intéressé par la géologie et il nota qu’une bonne partie de l’or du camp Kalgoorlie d’Australie se présentait sous forme de tellurures. Se trouvant au camp Cripple Creek dans le Colorado, il nota à nouveau ces tellurures dans une formation rocheuse appelée porphyre. Ces observations, et son apprentissage des différences entre le porphyre et le granite, devaient bientôt porter fruit.

Intrigué par la nouvelle de découvertes dans les régions de Cobalt et de Porcupine, Oakes revint au Canada en 1910 mais devait constater que les terrains jouxtant ces nouvelles découvertes avaient été jalonnés. Après avoir entendu parler de la présence de granite-qui-pourrait-être-du-porphyre dans la région à l’est de Swastika, il s’y dirigea avec ses outils de prospecteur et $2.65 dollars en poche. En peu de temps, il mit à jour une veine de quartz contenant une faible quantité d’or sur la rive sud de Kirkland Lake et jalonna le territoire.

Oakes poursuivit ses travaux de prospection et trouva un autre groupe de claims prometteurs. Sans argent, il forma équipe avec deux frères, Tom et George Tough, pour jalonner ces sites prometteurs. Au milieu de l’année 1912, les partenaires trouvèrent une riche veine de porphyre et vers la fin de l’année, du minerai à haute teneur avec tellurures était extrait. La mine Tough-Oakes, la première de ce camp minier, devint plus tard la mine Toburn.

Avec l’argent récolté grâce à cette réalisation, Oakes revint à sa découverte originale et entreprit d’y creuser un puits. Cependant, les premiers échantillons ne furent pas impressionnants et il devint difficile de trouver des fonds pour le projet. Convaincu de la présence d’or sur la propriété en raison des veines d’or trouvées sur les propriétés avoisinantes, il forma un compagnie publique, la Lake Shore Mines, pour amasser des fonds et poursuivre le travail.

La ténacité et la diligence de Oakes furent récompensées en 1918 lorsqu’une bowette croisa une section à haute teneur de la veine qui sera plus tard connue sous le nom de Main Break. La partie la plus riche de minerai atteignant 100 pieds de large en certains endroits et extraite jusqu’à 8 000 pieds de profondeur, devait plus tard être découverte sur la propriété de la Lake Shore.

En reconnaissance de ses succès, Oakes fut fait baronnet selon la liste d’honneur de l’anniversaire du roi en juin 1939. Sa carrière fut bien résumée par le Northern Miner qui le décrivit comme un géant de l’exploration des mines d’or au Canada.