header image
Murray Pezim (1921 - 1998) intronisé en 1998

Les promoteurs miniers font partie intégrante de l’industrie minière canadienne depuis plus d’un siècle, certains consacrant plus d’efforts que d’autres aux découvertes, et remportant, d’ailleurs, plus de succès. Le succès de M.  Murray Pezim compte parmi les plus grands d’entre eux. Son enthousiasme et sa persévérance ont permis de découvrir le siège aurifère d’Hemlo, en Ontario, une des plus grandes découvertes minérales au Canada, ainsi que le gisement aurifère d’Eskay Creek, en Colombie-Britannique. Murray Pezim est l’incarnation des petites sociétés minières: le fondement de tant de mines au Canada.

Né à Toronto le 29 décembre 1920, M. Pezim a combattu pour son pays durant la Deuxième Guerre mondiale avant de s’orienter vers une carrière dans l’industrie du courtage. Par la suite, il s’est essayé à diriger des petites sociétés minières, mais sans succès, jusqu’à ce qu’il appuie la société International Corona Ressources, qui explorait une zone de production possible d’or enOntario, au début des années 80.

Les grandes sociétés ne s’attendaient pas à ce qu’on y découvre des gisements importants, étant donné les résultats médiocres du forage de plusieurs venues. Le manque d’intérêt pour la zone en question était aggravé par un cadre géologique atypique qui n’était pas conforme aux gisements conventionnels de type filon de quartz aurifère exploités dans le passé.

M. Pezim n’a prêté aucune attention aux sceptiques et a continué de faire la promotion de Corona et d’obtenir des fonds pour un programme de forage préparé par le géologue David Bell. Les bons résultats que l’industrie a enfin remarqués ont été le fruit de 76 trous de forage et de frais d’exploration de 2 millions de dollars. La société Corona réussissait alors à s’assurer le partenariat de la société Teck Corporation en vue de procéder aux travaux préparatoires de la mine David Bell.

La société Teck a également appuyé la lutte juridique de Corona contre la société Lac Minerals pour la possession d’un terrain voisin. L’opinion générale était que Corona avait peu de chance de remporter la lutte, mais en août 1989, on attribuait à Teck et à Corona le contrôle de la riche mine Williams que la société Lac Minerals avait construite sur le siège d’Hemlo.

Quoique M. Pezim ait perdu, par la suite, le contrôle de Corona, le siège d’Hemlo continue de fournir des avantages économiques pour la population canadienne; les trois mines d’or qui s’y trouvent représentent la majeure partie de la production aurifère du Canada. M. Pezim entreprenait un autre projet vers la fin des années 80, recueillant des fonds pour l’entreprise Calpine Resources, qui explorait le site accidenté et isolé d’Eskay Creek dans le nord de la Colombie-Britannique. Calpine et son partenaire Stikine Resources ont connu du succès peu après le début des travaux, mais l’enthousiasme a diminué lorsqu’on a constaté que le gisement 21A contenait des substances métallurgiques complexes.

Toutefois, M. Pezim n’a pas perdu confiance et il a suivi les recommandations de son équipe de géologues, dirigée par Chet Idziszek, poursuivant le forage au cours de l’été 1989. La confiance de M. Pezim a été récompensée lorsque la teneur en or du minerai extrait d’un trou d’extension, le 109e à être foré sur le terrain, était de 0,88 onces par tonne, à 682 pieds. Les travaux subséquents ont mené à la découverte d’un riche gisement, le 21B, qui est en voie d’exploitation.

M. Pezim a également joué un rôle important dans l’exploitation de la mine d’or Snip et de la mine polymétallique Goldstream en Colombie-Britannique, ainsi que de la mine d’or Jolu, en Saskatchewan.