header image
Lloyd M. Pidgeon (1903 - 1999) intronisé en 1996

Pionnier de l’industrie minière et métallurgique du Canada, Lloyd Pidgeon est le mieux connu pour le développement du procédé de production de magnésium de haute pureté. Ce procédé, qui porte son nom, demeure à ce jour inégalé pour la production du magnésium de la plus haute pureté au monde. Cependant, on se souviendra aussi de M. Pidgeon pour avoir mis au point une technologie qui a joué un rôle important dans la victoire des forces alliées, en 1945.

M. Pidgeon est né à Markham, en Ontario, mais il a vécu dans un certain nombre de villes du Canada où son père travaillait à titre de ministre. Il a obtenu son diplôme en chimie à la University of Manitoba, en 1925, se méritant le Prix de la médaille d’or, puis il est allé étudier à l’Université McGill où il a obtenu sa maîtrise en sciences en 1927, suivie d’un doctorat en 1929.

Après avoir passé plusieurs années à la Oxford University, M. Pidgeon s’est joint au Conseil national des recherches du Canada, travaillant, au début, à la résolution de problèmes électrochimiques. Au cours de cette période, il a mis au point son procédé bien connu pour la production de magnésium de haute pureté, qui exploite la réaction entre la dolomie calcinée et le ferrosilicium.

Il fallait toutefois démontrer la faisabilité du procédé pour la production commerciale. À cette étape, un groupe de spécialistes miniers de grande renommée de Toronto, soit R.J. Jowsey, Thayer Lindsley et W.M. Segsworth, se sont intéressés au projet et ont constitué les fonds qui ont permis à M. Pidgeon d’établir une usine pilote. Au bout d’une année et demie, tous les intervenants étaient convaincus que la méthode pouvait être utilisée à des fins commerciales. La découverte de M. Pidgeon a mené à la création de Dominion Magnesium, à laquelle il s’est joint, en 1941, à titre de directeur de la recherche. Cette usine appartient maintenant à Timminco qui en assure l’exploitation. En raison de la forte demande de magnésium, durant la Seconde Guerre mondiale, six usines de magnésium ont été construites un peu partout sur le continent nord américain. Le magnésium servait à divers efforts militaires et était considéré comme un métal de choix pour sa résistance et sa légèreté, des caractéristiques importantes pour la construction d’avions, par exemple.

En 1943, M. Pidgeon a été nommé professeur et chef du département de génie métallurgique à l’Université de Toronto, poste qu’il a occupé jusqu’à sa retraite, en 1969. Grâce à sa grande influence et ses initiatives personnelles, il a créé une solide école d’études supérieures dans le domaine de la métallurgie, devenue un des départements les mieux reconnus au Canada, sinon au monde. Il a enseigné à ses étudiants l’importance des méthodes scientifiques éprouvées et de la responsabilité professionnelle, jouant ainsi un rôle d’influence dans l’industrie minière et métallurgique que nous connaissons aujourd’hui.

Tout au long de sa carrière éminente et variée à l’Université, M. Pidgeon a poursuivi ses fonctions consultatives auprès de la Dominion Magnesium et, par la suite, de la Timminco. Par sa participation continue, il a fourni son soutien technologique afin de perfectionner davantage le procédé original du magnésium. Il a aussi pris part au développement d’une technologie analogue de réduction métallothermique pour la production de calcium et de strontium. Grâce à cette technologie, le Canada demeure un chef de file mondial de la production de ces deux métaux alcalino terreux pour lesquels il existe aujourd’hui des applications importantes dans la production à la fois de coulées et d’alliages ferreux et non ferreux. M. Pidgeon a reçu de nombreuses mentions pour son apport à l’industrie, dont celle de l’Ordre de l’Empire britannique, en 1946. Il a de plus été nommé “Officier” de l’Ordre du Canada en juillet 1996.