header image
Richard Valentine Porritt (1901 - 1985) intronisé en 1993

Richard Valentine Porritt est celui qui a établi le style et le rythme qui caractérise “quelqu’un de la Noranda”: robuste et qui bouge rapidement. Au printemps de 1926, venant du camp Cheminis, il arrive au camp de Rouyn (Québec), quatre ans après la formation de la compagnie, et travaille comme arpenteur à la mine Horne. Pendant ses 48 années avec la Noranda, il met en branle la production de la mine Waite-Amulet près de Rouyn en 1927 et gère les Mines de cuivre Gaspé, une filiale de Noranda, pendant leur développement et leur mise en opération, dans l’est du Québec, en 1955. Il devient président de Noranda en 1964, vice-président du Conseil en 1968 et se retire en 1974.

Porritt voit le jour à Barrie (Ontario) le 14 février 1901. Il étudie au Collège royal militaire et à l’université McGill, où il obtient un baccalauréat en sciences spécialisé dans les mines, en 1922. Après sa graduation, il travaille comme mineur à la British America Nickel, puis pour la International Nickel Company, à la mine Creighton, à Sudbury (Ontario).

Le fait le plus marquant de sa carrière est le développement de Mines de cuivre Gaspé. Lorsque les travaux commencent, la péninsule de Gaspé est un endroit isolé. Le projet implique la construction de routes, l’installation d’un cable sous-marin sous le fleuve Saint-Laurent (d’une longueur de 31 milles, le plus long de l’époque) pour le transport de l’énergie hydro-électrique en vue de l’alimentation de la mine et du reste de la péninsule, des améliorations aux installations portuaires sur la côte, la construction de la mine, de l’affinerie et d’autres équipements de surface, ainsi que la planification et la construction de la ville de Murdochville. Ce projet incarnait l’enthousiasme et l’assurance de l’industrie minière du Canada à la suite de la Deuxième guerre mondiale.

En 1940, quelque 35 millions de tonnes de minerai avaient déjà été identifiées sur le site de Gaspé, mais le travail ne pouvait continuer avant que les hommes et le matériel ne soient de nouveau disponibles à la fin de la Deuxième guerre mondiale. En 1949, l’ampleur du projet était évidente; les difficultés à surmonter seraient découvertes plus tard.

Une période de deux mois, au début de 1952, est typique du genre de difficultés rencontrées. Après l’hiver le plus rude qu’ait connu cette région, alors que le climat s’améliorait et allait permettre de transporter l’équipement par la route, un cargo emboutit le pont-levis du port de Gaspé et ferme la principale voie d’accès à la mine. Les véhicules doivent faire un long détour, empruntant un vieux pont couvert si fragile que l’équipement lourd doit traverser la rivière à gué. Le 1er juin, un incendie de la forêt qui sépare la ville et les installations minières menace les quartiers des travailleurs avant de finalement s’apaiser.

Malgré toutes les embûches, la mine est prête à commencer ses opérations avant l’échéance, sauf pour ce qui est de l’installation du cable sous-marin transportant l’électricité, laquelle subit un délai. La production commence en 1955.

Bien que Porritt n’ait été nommé gérant-général de Mines Gaspé qu’en septembre 1952, il avait en fait pris le projet en main bien avant cette date en raison de la longue, et ultimement fatale, maladie de son prédécesseur.

Porritt est nommé président de Noranda en 1964 et vice-président du Conseil en 1968. En 1985, onze ans après avoir pris sa retraite, il s’éteint.