header image
Harold O. Seigel (1924 - 2011) intronisé en 1995

Le Canada est reconnu comme un des pays par excellence pour la géophysique minière et une grande partie du crédit en revient à Harold Seigel, un géophysicien extraordinaire qui conçut et introduisit plusieurs nouvelles méthodes d’exploration minérale. Aujourd’hui, il est surtout connu pour la vaste ligne d’instruments géophysiques mis en marché à travers le monde sous la marque Scintrex, une compagnie qu’il a fondée en 1967.

Seigel fut considéré comme un “prospecteur de coeur” dont les efforts ont contribué à la découverte d’au moins neuf mines au Canada et à l’étranger. De même, une vaste proportion du catalogue Scintrex est toujours consacrée aux applications pour l’exploration minérale.

Né à Toronto, Seigel a obtenu son doctorat en géophysique de l’Université de Toronto en 1949; sa thèse de doctorat faisait oeuvre de pionnier dans l’introduction de la méthode de polarisation forcée. Le caractère entreprenant de Seigel le conduisit au secteur privé où, après quelque temps au sein de la Newmont, il créa une firme de consultation en géophysique en 1956.

Au cours des quarante dernières années, Seigel a apporté des contributions scientifiques significatives à la science de la géophysique minière. Il a conçu et a été à l’origine du développement de deux nouvelles méthodes d’exploration minérale, la polarisation forcée et la photoluminescence résolue par le temps, et fut associé de près au développement d’au moins six autres méthodes d’exploration géophysique. Il a reçu 21 brevets dans six pays, tous portant sur le développement de l’exploration minérale.

Ceux et celles qui connaissent bien Seigel affirment que ce qui distingue ses travaux de ceux d’autres scientifiques innovateurs est l’importance qu’il accorde aux mathématiques et à la physique dans ses méthodes. Il fut capable, en tenant compte des désordres géologiques naturels, de développer des modèles simples et applicables qui ont été utilisés avec succès dans nombre de terrains géologiques.

Les réussites de Seigel lui ont valu la reconnaissance de l’industrie. En 1985, il a reçu la médaille J. Tuzo Wilson de la Canadian Geophysical Union et en 1986, le prix de distinction de l’Association des prospecteurs et développeurs du Canada. En 1987, il reçut la médaille A.O. Dufresne de l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole en reconnaissance de ses réussites scientifiques et de sa contribution exceptionnelle à la communauté géoscientifique dans les domaines de la géophysique théorique et appliquée.

Au cours de sa carrière, il a maintenu le profi d’un homme consacré à sa profession: occupé à donner des conférences, actif dans les affaires de l’industrie et participant intéressé et fiable aux comités des gouvernements et des universités. Son bilan de réalisations sur le plan technique et des affaires est pratiquement unique. Il est l’une de ces rares personnes qui, tout en étant créatif dans l’innovation et les applications techniques, a mené à bon port un entreprise à travers les périodes difficiles notoires de l’exploration minérale.

Seigel a pris sa retraite de la présidence de Scintrex en 1993 mais demeure un directeur de recherche à temps plein en plus d’assumer la présidence du conseil d’administration.