header image
Noah A. Timmins (1867 - 1936) intronisé en 1996

Reconnu comme le chef d’un groupe de cinq hommes qui ont investi leur énergie et leurs ressources dans la création, d’abord, de la mine d’argent LaRose, à Cobalt, puis de la mine d’or Hollinger, à Timmins, Noah Timmins est indubitablement un maître d’oeuvre de l’industrie minière de notre pays.

M. Timmins a passé sa jeunesse à Mattawa, en Ontario, où son père exploitait un magasin général. Les frères Timmins, soit Noah et Henry, on hérité du magasin qui desservait les mineurs et les bûcherons de la région. Ils se sont peu à peu intéressés à la prospection, ce qui prépara Noah à cette journée de septembre 1903, où Fred LaRose s’arrêta et lui montra plusieurs échantillons riches en minerai, qui provenaient de Long Lake, en Ontario, plus tard devenue Cobalt.

Noah demanda à son frère de retracer M. LaRose et d’acheter une part des claims de Long Lake. M. LaRose en avait déjà vendus la moitié à ses employeurs, Duncan et John McMartin, pour la somme de 1 500 $. Lorsqu’une dispute éclata en relation avec les claims, Noah Timmins fit appel à l’avocat David Dunlap, qui obtint gain de cause pour le consortium.

M. LaRose vendit ensuite ses dernières parts dans les claims, portant à 35 000 $ la somme totale obtenue pour sa concession. On donna à M. Dunlap 20 % des parts, ce qui compléta le partenariat à cinq à la tête duquel se trouvait Noah.

Lorsque le puits LaRose fut creusé en dessous de la surface minéralisée et à travers les stériles, Noah suivit les conseils du Dr. Willet G. Miller et du professeur Goodwin, et il poursuivit les travaux jusqu’à ce qu’il rencontra du minerai à haute teneur, à une profondeur d’environ 100 pieds. La mine prospéra, et les frères Timmins déménagèrent à Montréal où ils épousèrent les soeurs Paré, dont le neveu, Alphonse Paré, était étudiant en génie minier.

En 1909, M. Paré informa son oncle Noah d’une découverte d’or faite à Porcupine par Benny Hollinger et son commanditaire Jack McMahon. Sous les directives de Noah, M. Paré examina le site, en Ontario, et en recommanda l’acquisition. Les McMartin ainsi que David Dunlap se joignirent aux frères Timmins après la conclusion de la transaction initiale, et la société Hollinger Gold Mines fut constituée en 1910.

C’est alors que l’exploration de la mine Hollinger débuta. Au cours de ses 60 années d’existence, on tira environ 20 millions d’onces d’or des propriétés réunies par ce partenariat, soit la plus grande mine d’or jamais aménagée au Canada. À l’origine, on avait démarqué l’endroit en clouant à un arbre une pancarte sur laquelle était inscrit le nom “Timmins”, et une collectivité était née. La société d’aménagement de Noah fit l’acquisition de terres pour le village qui, grâce à une conception bien orchestrée, a pu éviter le chaos et les problèmes rencontrés à Cobalt.

De nouveau, Noah prit les devants en cherchant de nouvelles possibilités d’affaires. C’est ainsi qu’en 1924, il investit trois millions de dollars dans la construction de la fonderie Horne de Noranda, au Québec. Il fournit également des fonds de développement pour la mine Siscoe, au Québec, la mine San Antonio, au Manitoba, et les premières mines d’or de Yellowknife, aux Territoires du Nord Ouest. Il finança aussi la mine Young Davidson, à Matachewan, la mine Ross, à Holtyre, des mines d’or placérien, au Yukon, et une mine d’or, en Colombie.

Dans les hommages qui ont été publiés, on disait que Noah Timmins était “un homme de grande compétence et très perspicace, bref un exemple type de l’esprit de l’industrie minière, qui existe non pour elle même mais pour le bien de tous.” Noah Timmins était un bâtisseur, et la société qu’il a créée a fourni des fonds à la Iron Ore Company of Canada, pour lui permettre d’aménager les vastes gisements de fer du Québec et du Labrador. En 1985, il fut admis au Temple de la renommé de l’entreprise canadienne pour son génie créateur, son adresse, sa disposition à prendre des risques et son esprit d’entreprise.