header image
Arthur W. White (1911 - 1992) intronisé en 1992

Arthur White, très actif dans le financement minier avec un partenaire, lève des millions de dollars pour au-delà de 50 compagnies et est à l’origine du développement de plusieurs mines, incluant deux des opérations les plus prolifiques dans la région aurifère de Red Lake en Ontario: la mine Campbell et sa voisine qui porte son nom, la mine Arthur W. White.

White voit le jour à Guelph, Ontario, le 26 mars 1991. Agé de 20 ans, il débarque à Toronto et se joint à la compagnie d’assurance Manufacturers Life. En 1939, cependant, il renonce à une carrière prometteuse et fonde sa propre entreprise d’investissement malgré l’avis contraire de son père.

Il perd de l’argent durant la première année mais enregistre un léger profit la seconde. C’est vers cette époque que feu Jack Brewis devient son partenaire pour former la firme de financiers Brewis and White. White préside la firme de 1943 à 1960 pendant que son collègue en est le vice-président. Ils mobiliseront des millions de dollars pour l’exploration et le développement des ressources: environ 60 millions de $ pour de nouvelles mines et environ 30 millions de $ pour l’exploration minérale, selon des estimés.

Il s’appuie sur la théorie que les Canadiens, particulièrement les investisseurs individuels, sont prêts à suppléer le capital de risque en autant qu’ils soient satisfaits que l’argent est utilisé à bon escient pour un examen consciencieux du terrain.

Leur premier projet est celui de Mylamaque Mines qui, selon White, leur permit de démarrer dans le financement minier. White et son partenaire participent à la ruée vers l’or de Red Lake dans les années 40, une période qui voit naître les mines Campbell Red Lake, dont White est le premier président. Cette mine est toujours en opération aujourd’hui, ayant produit de l’or pour une valeur de plus d’un milliard de dollars.

En 1944, Brewis et White acquièrent des intérêts dans les mines Dickenson Red Lake. Deux années plus tard, n’ayant pu intéresser personne à en prendre le contrôle, ils passent du seul financement à la production et au développement de mines. Dickenson coule son premier lingot d’or en décembre 1948. Les premiers dividendes sont versés aux actionnaires en 1953. La mine est toujours en opération aujourd’hui. Avec les années, la mine White et la propriété adjacente, la Robin, ont produit plus de 2,6 millions d’onces d’or.

En tout et partout, le camp Red Lake, un des camps aurifères les plus riches de l’histoire minière canadienne, a produit 15 millions d’onces d’or en date de 1990, soit environ 6% de la production aurifère totale du Canada de 238 millions d’onces.

La mine White est le noyau d’un groupe diversifié de compagnies de ressources sous la direction de White, et impliquées dans la production d’or, d’argent, de plomb, de zinc, de pétrole et de gaz. Parmi les autres intrérêts figurent Tundra, DeCourcey, Brewis, Jameland, Kam-Kotia, Langis, Silvana, Harrison-Hibbert, United Cobalt, Rowan and Mid-Bay Mica.
Pendant longtemps partisan d’un secteur des valeurs déréglementé, White sera le premier président de l’association des courtiers en valeurs de l’Ontario lorsque celle-ci est formée en 1948. Il a été directeur et est membre honorifique à vie de l’Association des prospecteurs et développeurs du Canada.