header image
Harry Verney Warren (1904 - 1998) intronisé en 1999

Homme de “pensée latérale” bien avant que cette expression ne soit même connue, Harry Warren mit sa curiosité intellectuelle et ses qualités de scientifique à contribution dans le domaine de la géochimie, apportant énormément à la prospection et à l’exploration minérale. Il fut un pionnier d’une discipline qui se développa en grande partie grâce à ses efforts. Dans son domaine de spécialité, soit la biogéochimie, dont il est d’ailleurs reconnu comme le créateur, il étudia la concentration des métaux dans la végétation comme indicateur de la présence de gisements minéraux enfouis. Ses constatations scientifiques lui permirent d’exposer les liens maintenant reconnus qui existent entre les éléments en traces et la santé et l’environnement.

Né à Anacortes, dans l’État de Washington, M. Warren obtint son baccalauréat ès arts à l’Université de la Colombie-Britannique en 1926; l’année suivante, il obtint son diplôme en sciences. Il était boursier de la fondation Rhodes à l’Université d’Oxford où il obtint sa maîtrise en 1928, puis son doctorat en 1929. Sportif accompli, il représenta le Canada à titre de sprinter aux Jeux olympiques de 1928.

Après avoir mené des travaux de recherche en Californie, M. Warren fut nommé chargé de cours au Département de géologie de l’Université de la Colombie-Britannique en 1932. En 1945, il était déjà professeur, poste qu’il conserva jusqu’en 1973, alors qu’il fut nommé professeur honoraire et professeur émérite. Durant ses années d’enseignement, il transmit à des centaines d’étudiants sa grande passion et son enthousiasme à l’égard de la géologie, de la géochimie et de la découverte de gisements minéraux.

S’il a beaucoup apporté au monde universitaire, M. Warren est particulièrement reconnu pour ses réalisations dans le domaine de la géochimie. Adaptant et mettant au point des techniques de chimie analytique, principalement en collaboration avec son collègue Robert Delavault, Ph.D., il mena des recherches sur la présence et la répartition des éléments en traces dans divers types de sols, de roches, de végétaux et même de poissons. La présence de quantités infimes de métaux dans ces éléments récepteurs indique la possibilité de dépôts minéraux près de la surface, et cette technique est depuis utilisée avec succès par les sociétés minières et les prospecteurs dans le cadre de leurs travaux d’exploration.

Même s’il était un théoricien de profession, M. Warren consacra beaucoup d’énergie à aider les prospecteurs; son travail était très varié, allant de la conception d’essais analytiques simples pouvant être utilisés sur le terrain, jusqu’à la direction de la chambre des mines de la Colombie-Britannique et du Yukon, en passant par l’enseignement de techniques aux prospecteurs. Il travailla également à titre de d’expert-conseil en technologie de l’exploration auprès de nombreuses sociétés minières.

Son apport au domaine de la prospection valut à M. Warren la reconnaissance de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs. De même, ses réalisations dans les domaines de la prospection et de l’exploration minérale lui valurent le prestigieux prix d’excellence H.H. “Spud” Huestis.

M. Warren s’intéressait aussi beaucoup aux sports et aux affaires communautaires, et il soutenait de nombreux organismes de bienfaisance. Il fut décoré de l’Ordre du Canada en 1971, et il récolta de nombreux autres honneurs et prix dans les domaines de l’exploration, des sports et de l’environnement.

M. Warren est reconnu à juste titre comme un “esprit universel” du XXe siècle, ayant su allier avantageusement ses qualités d’athlète, de théoricien, de scientifique, de chercheur et d’enseignant.