header image
W. Austin McVeigh (1882 - 1975) intronisé en 2005

W. Austin McVeigh était l’un des dix enfants nés d’un couple d’agriculteurs à l’Île du Grand Calumet, au Québec, près d’Ottawa. C’est là qu’il développa sa passion pour le plein air et rêva des découvertes faites à des endroits comme Cripple Creek, au Colorado, et Cobalt, en Ontario. Il était alors bien loin de se douter qu’il jouerait un rôle important dans la découverte de deux grandes mines et la création de deux sociétés minières canadiennes respectées de tous.

Sa passion pour le plein air l’amena éventuellement à se lancer en prospection et, avant la Première Guerre mondiale, il se mit à la recherche d’argent et d’or dans les régions de Cobalt et Kirkland Lake, en Ontario. Durant cette période, il apprit les fondements de la géologie, de l’extraction minière et de l’évaluation des minéraux, et il développa ses compétences dans le domaine de l’échantillonnage. En 1926, la découverte de gisements aurifères l’entraîna dans l’Ouest, à Red Lake.

En 1936, M. McVeigh faisait de la prospection près d’un groupe de claims à Red Lake et découvrit une formation de tufs et brèches volcaniques aurifères. Sa rigueur et sa précision en prélevant les échantillons en rainures furent récompensées : le premier trou foré intercepta 27 pieds de minerai d’une teneur évaluée à 7 $ d’or par tonne. Ce travail mena à la découverte des veines Austin, McVeigh et South Austin formant la mine Madsen. Au cours de ses 38 années d’exploitation, la mine d’or Madsen de Red Lake produisit plus de huit millions de tonnes de minerai et rapporta plus de 10 millions de dollars en dividendes à ses actionnaires.

En 1938, M. McVeigh se rendit au Manitoba et commença à faire de la prospection pour le compte exclusif de Sherritt Gordon Mines.

En 1941, il faisait de la prospection aurifère environ un quart de mille au nord de l’endroit qu’on appelle aujourd’hui Lynn Lake, lorsqu’il aperçut des taches de rouille dans des roches gabbroïques. L’affleurement rocheux fut dénudé et carotté, et les échantillons révélèrent une teneur de 1,5 % de nickel et de 1 % de cuivre. L’isolement de cette découverte, située à environ 120 milles du village le plus proche, au milieu d’un marécage, eut cependant pour effet de refroidir l’enthousiasme de la compagnie, et les travaux s’arrêtèrent là.

Inébranlable, M. McVeigh retourna à l’endroit en 1943 et, à l’aide d’un magnétomètre, délimita trois autres anomalies près de sa découverte originale. Le forage commença et le troisième trou intercepta 84 pieds de minéralisation a forte teneur dans l’aire qui allait devenir le gisement Upper A de la mine de Lynn Lake. Éventuellement, cinq gisements de plus de 14 millions de tonnes furent délimités à cet endroit.

Les gisements de nickel et cuivre de Lynn Lake comptaient parmi les gisements les plus riches au monde à cette époque. Leur teneur permit l’établissement d’un village, d’un chemin de fer et d’un complexe minier, et permit d’injecter quelque 14 millions de dollars annuellement dans l’économie canadienne.

Le projet de Lynn Lake donna lieu à un regain d’activité dans le domaine de l’exploration, ce qui permit à Sherritt Gordon d’accéder à son statut international actuel et à Lynn Lake de devenir une plaque tournante de l’exploration minérale au Manitoba et en Saskatchewan.

W. Austin McVeigh, personnage légendaire du secteur minier, était un prospecteur extrêmement compétent et respecté au Canada. S’il est particulièrement renommé pour ses découvertes à Red Lake et Lynn Lake, il a découvert d’autres gisements moins bien connus qui ont mené à la création d’autres mines. Cet illustre explorateur était animé d’une ténacité, d’une persévérance, d’une précision et d’une intelligence tout à fait remarquables. Ces qualités ont fait de lui un professeur sans égal, qui a su transmettre ses connaissances à de nombreux géologues et ingénieurs de l’époque.