header image
Walter Holyk (1921 - 2004) intronisé en 1997

Son esprit curieux, ses compétences à titre de géologue de terrain et son désir de découvrir des gisements de minerai ont permis à Walter Holyk de contribuer de façon exceptionnelle à l’élargissement des connaissances entourant la formation des dépôts sulfurés volcanogéniques massifs. Ses théories novatrices, mises à l’essai et démontrées sur le terrain, ont mené à la découverte du gisement Half Mile, au Nouveau Brunswick; du gisement Nanisivik, sur l’île de Baffin; et du gisement Kidd Creek, de classe mondiale, près de Timmins, en Ontario.

Walter Holyk est né le 21 mars 1921 à Revelstoke, en Colombie­Britannique, où il a fait ses études secondaires. Il a obtenu son baccalauréat en sciences à la University of British Columbia en 1949, et il a obtenu son doctorat en 1952 au Massachusetts Institute of Technology. Durant la guerre en Europe, il a servi auprès de l’Aviation royale du Canada de 1942 à 1945.

En 1950, M. Holyk s’est joint à la Texas Gulf Sulphur à titre de géologue, où on lui a donné la tâche de trouver des gisements de pyrite à partir desquels on pourrait produire du soufre. Il a persuadé la direction de la société qu’il serait plus avantageux de rechercher des gisements de sulfure de métal commun que seulement des gisements de pyrite et, à cette fin, il a entrepris des travaux d’exploration dans l’Est du Canada.

Lorsque le gisement Brunswick a été découvert, à Bathurst, M. Holyk était impatient de traverser au Nouveau Brunswick et d’appliquer les théories qu’il avait élaborées à partir de ses études sur les gisements de sulfures massifs. Ces théories faisaient valoir la relation étroite entre le minerai sulfuré et les rhyolites et sédiments sous certaines conditions structurales, et elles différaient grandement des théories hydrothermiques alors acceptées. Mais la preuve de son approche a été démontrée au gisement de Half Mine Lake, au Nouveau Brunswick. Après qu’il a jalonné des claims d’après des conditions géologiques favorables, son travail a mené à la découverte d’un gisement plombo zincifère substantiel.

Peu de temps après, M. Holyk et son collègue Richard Mollison ont reconnu un débouché économique dans un rapport de la Commission géologique du Canada portant sur l’île de Baffin. Ils se sont rendus sur les lieux et ont jalonné ce qui est maintenant la mine plombo zincifère de Nanisivik. Texas Gulf a défini l’étendue du gisement en cartographiant la région, en effectuant des levés géophysiques et en forant le sol. Le gisement a plus tard été amodié, et une mine y est exploitée de façon rentable depuis les années 60.

La découverte du gisement de Kidd Creek est le fruit du programme du Bouclier canadien mis en oeuvre par M. Holyk, pour le compte de Texas Gulf, en 1958. M. Holyk a recruté une équipe qui a effectué des recherches dans les dossiers du gouvernement afin de repérer des régions où il s’attendait à trouver des gisements de sulfures massifs. On a ensuite effectué des levés des cibles géologiques identifiées au moyen du système aéroporté de Texas Gulf. Ce travail s’est poursuivi tout au long des années 50, et 69 anomalies ont été vérifiées par forage dans la seule région de Timmins, sans toutefois produire des résultats favorables. Seule la persévérance du personnel de Texas Gulf a permis à la société d’acquérir et de forer, en octobre 1963, une région avantageuse comportant une anomalie importante, et dont plusieurs propriétaires avaient longtemps hésité à se départir. Les travaux de forage ont révélé que le gisement de Kidd Creek, un gisement de 100 millions de tonnes de sulfures massifs, se trouvait au point de rencontre des rhyolites et des sédiments. L’hypothèse de laboratoire de M. Holyk avait permis de découvrir une des plus grandes mines de zinc cuivre plomb­argent au monde.

M. Holyk a reçu de nombreux prix, dont le Prix Dufresne de l’Institut canadien des Mines pour l’exploration minérale, en 1980, et le Prix de service méritoire exceptionnel de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs, en 1992. Sa vision géologique a permis non seulement de générer de grandes richesses pour le Canada, mais elle continue aussi d’être une source d’inspiration pour ceux qui ont entrepris de chercher des gisements de sulfures massifs.