Viola MacMillan a mené deux carrières dans l'industrie minière canadienne. Tout d'abord, sur une période de quatre décennies, elle et son mari ont fait équipe en tant que prospecteurs et développeurs de plusieurs gisements minéraux importants à travers le pays. Son succès en tant que découvreur de mines et financier a été considérable, mais elle a également été la force motrice de la transformation d'une petite association régionale de prospecteurs en une association internationalement reconnue de professionnels impliqués dans tous les aspects de la prospection minière au Canada.

Viola MacMillan s'est fait connaître avec son mari en tant que prospecteur financé par un syndicat. Sous la direction de MacMillan, ils sont devenus les développeurs et les producteurs de métaux précieux et de base dans tout le Canada. En Ontario, elle a notamment contribué à la découverte précoce du gisement Hallnor dans la région de Timmins, puis au développement du gisement d'or à ciel ouvert Canadian Arrow. Elle a acquis et développé la mine de métaux de base Kam-Kotia, également dans la région de Timmins, et a dirigé le développement des gisements d'argent et de plomb de ViolaMac Mines dans la région de Sandon, en Colombie-Britannique. Dans la région de Beaverlodge, dans le nord de la Saskatchewan, elle a achevé la mise en valeur des gisements d'uranium de Lake Cinch, entamée précédemment, et a mis la mine en production.

Mais la plus grande contribution de Mme MacMillan à l'industrie, qui n'est pas facilement mesurable, est son engagement à transformer l'Association des prospecteurs et des développeurs, d'un petit groupe de moins de 100 personnes à une organisation vitale de plus de 4 000 personnes. Aujourd'hui, l'Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs a une portée nationale, participe activement à l'élaboration des politiques publiques relatives à l'industrie minérale et est l'une des plus grandes associations de ce type au monde, dont la convention annuelle attire un public international.

Elle a d'abord été secrétaire de ce petit groupe de pression informel, mais a été élue présidente juste avant la Seconde Guerre mondiale, fonction qu'elle a exercée jusqu'en 1966. Pendant la guerre, elle s'est beaucoup impliquée dans les travaux de la Commission de contrôle des métaux, tant au niveau provincial que fédéral. Après la guerre, alors que le secteur aurifère du pays était menacé d'effondrement, elle a contribué à persuader le gouvernement du Canada d'introduire la loi sur les mesures d'urgence pour l'or (Emergency Gold Measure Act), une législation qui a sauvé l'industrie aurifère en stagnation dans les années 1950 et 1960.

Mme MacMillan est née le 21 avril 1903 à Windermere, dans le district de Muskoka (Ontario), treizième d'une famille de quinze enfants. Après l'école de commerce, elle travaille comme sténographe. Son intérêt pour l'exploitation minière est né lors d'une visite à son frère, mineur dans une mine d'argent de Cobalt, qui l'a emmenée sous terre déguisée dans une lourde combinaison de mineur, car les femmes étaient considérées comme malchanceuses sous terre et n'étaient pas les bienvenues.

Elle épouse George Alexander MacMillan en 1923. Quelque temps plus tard, un parent de son mari lui demande, ainsi qu'à son mari, d'examiner et d'entretenir des claims jalonnés dans le nord de l'Ontario. L'expérience est rude et peu de femmes à l'époque l'acceptent, mais MacMillan en devient amoureuse et, en 1930, après des étés de prospection à temps partiel, en fait une carrière à plein temps.

DÉCOUVRIR

Bernard Michel a apporté une contribution profonde et durable à l'industrie minière canadienne au cours des 15 années de transformation qu'il a passées au sein de Cameco Corporation, la plus grande société d'uranium cotée en bourse au monde.

En savoir plus