Arthur White était un financier minier actif qui, avec son partenaire, a levé des millions de dollars pour plus de 50 sociétés et a joué un rôle déterminant dans le développement de plusieurs mines, dont deux des productions les plus prolifiques du camp aurifère de Red Lake, en Ontario : la mine Campbell et sa voisine, qui porte son nom, la mine Arthur W. White.

M. White est né le 26 mars 1911 à Guelph, en Ontario. À l'âge de 20 ans, il se rend à Toronto et entre chez Manufacturers Life Insurance. En 1939, cependant, il abandonne une carrière prometteuse et se lance à son compte dans le secteur de l'investissement, malgré les conseils de son père.

Il perd de l'argent la première année, mais réalise un petit bénéfice la deuxième année. C'est à cette époque qu'il s'associe avec feu Jack Brewis pour former la société de souscription et de financement Brewis and White. White est président de 1943 à 1960, tandis que son partenaire est vice-président. Leur partenariat a permis de mobiliser des millions de dollars pour l'exploration et le développement des ressources - environ 60 millions de dollars pour la nouvelle production et 30 millions de dollars pour l'exploration minière.

Il est parti du principe que les Canadiens, en particulier les investisseurs individuels, fourniraient du capital-risque pour des perspectives minières probables, à condition qu'ils soient convaincus que l'argent est utilisé au mieux pour un examen équitable du terrain.

La première grande entreprise du partenariat est Mylamaque Mines, à laquelle White attribue le mérite de les avoir lancés dans le financement minier. M. White et son partenaire ont ensuite participé à la ruée vers l'or de Red Lake dans les années 1940, période qui a vu la création de Campbell Red Lake Mines, dont M. White était le premier président. La mine Campbell est toujours en activité aujourd'hui et a produit plus d'un milliard de dollars d'or.

En 1944, Brewis et White acquièrent une participation dans Dickenson Red Lake Mines. Deux ans plus tard, incapables d'intéresser qui que ce soit à la reprise de Dickenson, ils passent de la simple recherche de financement au développement et à la production minière proprement dits. La mine de Dickenson a coulé son premier lingot d'or en décembre 1948. Le premier dividende a été versé aux actionnaires en 1953. Elle est toujours en activité aujourd'hui. Au fil des ans, la mine White et sa propriété adjacente, Robin, ont produit plus de 2,6 millions d'onces d'or.

Au total, le camp de Red Lake, l'un des camps aurifères les plus riches de l'histoire minière canadienne, avait produit 15 millions d'onces d'or en 1990, soit environ 6 % de la production totale d'or du Canada, qui s'élevait à 238 millions d'onces.

La mine White a constitué le noyau d'un groupe diversifié de sociétés de ressources sous la direction de White, produisant de l'or, de l'argent, du plomb, du zinc, du pétrole et du gaz. Parmi les autres entreprises minières figurent Tundra, DeCourcey Brewis, Jameland, Kam-Kotia, Langis, Silvana, Harrison-Hibbert, United Cobalt, Rowan et Mid-Bay Mica.

Défenseur de longue date d'une activité spéculative autoréglementée dans le domaine des valeurs mobilières, M. White a été le premier président de la Broker-Dealers Association of Ontario (Association des courtiers en valeurs mobilières de l'Ontario) lors de sa création en 1948. Il a été directeur de l'Association des prospecteurs et développeurs du Canada, dont il est membre honoraire à vie.

DÉCOUVRIR

Depuis plus de 25 ans, Robert Friedland est une force dynamique et transformatrice dans l'industrie minière canadienne et internationale. Cet entrepreneur, financier et créateur d'entreprise est l'une des personnalités minières les plus reconnues et les plus performantes au niveau mondial.

En savoir plus