Lorsque Gerald Grandey a rejoint Cameco Corporation en 1993, son mandat en tant que premier vice-président chargé du marketing et du développement de l'entreprise consistait à aider la société à se développer au-delà de ses principales mines d'uranium de Rabbit Lake et de Key Lake, en Saskatchewan. Il a relevé ce défi et bien d'autres après être devenu président-directeur général au début des années 2000. Lorsqu'il a pris sa retraite en 2011, Cameco représentait 16 % de l'uranium mondial avec cinq mines au Canada, aux États-Unis et au Kazakhstan, et était une société intégrée d'énergie nucléaire. Mais M. Grandey a fait plus qu'accroître la production et augmenter la capitalisation boursière de 350 %, passant de 2,1 milliards de dollars à 9,6 milliards de dollars. Il a aidé Cameco à devenir le plus grand employeur industriel d'autochtones au Canada et un leader mondial en matière de sûreté nucléaire, a joué un rôle essentiel dans un accord mondial de désarmement nucléaire et a fait connaître l'énergie nucléaire en tant qu'énergie propre.

Ironiquement, M. Grandey a commencé sa carrière d'avocat dans les années 1970 en s'opposant à l'autorisation de centrales nucléaires dans la région des Grands Lacs de son pays natal, les États-Unis, qui comptaient plus tard parmi les meilleurs clients de Cameco. Son point de vue a changé au fur et à mesure qu'il se familiarisait avec l'industrie et ses avantages potentiels pour le monde. Il comprenait la science et la technologie sous-jacentes, ayant obtenu un diplôme d'ingénieur en géophysique à la Colorado School of Mines en 1968. En 1978, M. Grandey a rejoint l'Energy Fuels Corporation, basée à Denver, et a contribué à la transformer d'un petit producteur d'uranium au plus grand producteur américain.

Lorsque Bernard Michel a recruté M. Grandey comme membre essentiel de son équipe dans les années 1990, Cameco développait le difficile projet aurifère de Kumtor au Kirghizstan. Sous la direction de Grandey, Centerra Gold, nouvellement cotée en bourse, a levé 871 millions de dollars en 2004 pour exploiter Kumtor et détenir d'autres actifs aurifères, ce qui a permis à Cameco de se concentrer sur son cœur de métier.
M. Grandey a su faire face à l'afflux d'eau et à d'autres défis techniques à McArthur River et à Cigar Lake, respectivement la mine d'uranium la plus grande et la plus riche du monde et le plus grand gisement d'uranium à haute teneur non exploité, tous deux situés dans le bassin de l'Athabasca, en Saskatchewan. Il a pris des mesures pour intégrer les enseignements tirés et instiller une culture d'entreprise fondée sur la sécurité d'abord, la sensibilisation aux risques, l'excellence opérationnelle et une responsabilité claire.

Grandey a joué un rôle de premier plan dans la négociation de l'accord sur l'uranium hautement enrichi, qui visait à démanteler les armes nucléaires russes et à transférer en toute sécurité l'uranium déplacé pour la production d'électricité dans les centrales nucléaires occidentales. Cet accord multipartite complexe a été une réussite politique transformatrice qui a renforcé la crédibilité de Cameco et du Canada sur la scène internationale. Il s'agit également d'un succès commercial mis en œuvre sans perturbation du marché.

En 2011, M. Grandey a été nommé président émérite de l'Association nucléaire mondiale en reconnaissance de sa carrière et de sa contribution à l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire. Il a notamment reçu la médaille du centenaire de la Saskatchewan en 2005, en hommage à son engagement communautaire, à son action en faveur de la responsabilité sociale des entreprises et à ses résultats impressionnants en matière de création d'emplois et d'opportunités commerciales pour les peuples autochtones de la province.

DÉCOUVRIR

Richard Valentine Porritt est l'homme qui a imposé le rythme et le style qui caractérisent un "homme de la Noranda" - dur et rapide.

En savoir plus