Graham Farquharson s'est forgé une réputation d'homme d'État de l'industrie minière canadienne en faisant preuve d'intégrité, d'équité et d'excellence technique tout au long de sa carrière au sein de Strathcona Mineral Services Limited, une société de conseil qu'il a créée avec deux partenaires en 1974. Il était l'un des consultants les plus éminents de l'industrie, surtout connu pour avoir relevé des défis extraordinaires, notamment en développant et en gérant la première mine canadienne au nord du cercle polaire arctique et en démystifiant une propriété indonésienne dont on pensait qu'elle abritait le plus grand gisement d'or du monde.

Né à Timmins, M. Farquharson a commencé sa carrière minière en 1960 dans une mine de cuivre à Tilt Cove, à Terre-Neuve, avant de travailler dans des mines à travers le Canada. Après avoir obtenu son diplôme d'ingénieur minier à l'université de l'Alberta en 1964, il a passé quatre ans en Afrique, à Kilembe en Ouganda et à Tsumeb en Namibie. Titulaire d'un MBA de l'université Queen's, il a rejoint le cabinet de conseil Watts, Griffis et McOuat avant de fonder Strathcona. Peu après, il est engagé par Mineral Resources International de Calgary pour évaluer le potentiel du gisement de plomb-zinc de Nanisivik sur l'île de Baffin, à 73oN. L'opinion dominante était que personne de sensé n'essaierait de développer une mine à 700 km au nord du cercle polaire arctique. Pourtant, après avoir évalué le projet, Farquharson dit aux propriétaires qu'il pense que c'est possible. Un soutien financier a été obtenu en Allemagne et aux Pays-Bas, ainsi que le soutien du gouvernement canadien, qui souhaitait encourager une présence économique et physique dans l'Extrême-Arctique. Nanisivik a commencé sa production commerciale en 1976 et, sous la direction de Strathcona, a fonctionné avec succès comme l'une des mines de zinc les moins chères du monde pendant plus de 22 ans. L'une des principales raisons de son succès est la création d'une communauté minière (la dernière ville minière construite au Canada) où l'on parle trois langues, l'inuktitut, le français et l'anglais, un concept promu par Farquharson.

Dans les années 1980, il a été président du comité indépendant chargé de superviser la mine Page-Williams dans le camp Hemlo, en Ontario, jusqu'à ce qu'un différend sur la propriété soit réglé par les tribunaux. Très apprécié en tant que témoin expert, il a dirigé en 1997 une enquête sur le projet Busang en Indonésie, présenté par Bre-X Minerals comme le plus grand gisement d'or découvert dans l'histoire de l'humanité. L'audit de Strathcona a prouvé de manière concluante que Busang était une fraude, de l'or placérien ayant été introduit dans les échantillons de carottes après le forage. Les régulateurs et l'industrie ont réagi en établissant de nouvelles lignes directrices rigoureuses régissant la divulgation d'informations techniques au public.

M. Farquharson a servi l'industrie minière en tant qu'éminent conférencier, administrateur de nombreuses sociétés minières publiques et défenseur pionnier des politiques visant à garantir que les bénéfices de l'exploitation minière profitent aux populations indigènes. En 1992, il est devenu président et l'un des principaux soutiens de la Fondation pour l'éducation de l'industrie minérale canadienne, le plus grand pourvoyeur de bourses universitaires pour ceux qui entrent dans l'industrie minière au Canada. À la fin de sa vie, M. Farquharson a également apporté une contribution importante à la chaire Anna-Liisa Farquharson sur le cancer du rein à l'hôpital Princess Margaret de Toronto.

DÉCOUVRIR

La magie métallurgique de Randolph Diamond a transformé la mine Sullivan, en Colombie-Britannique, d'un gisement minéral unique mais non rentable en un producteur de zinc-plomb le plus productif du Canada et a catapulté Cominco Ltd. au premier rang des sociétés minières canadiennes.

En savoir plus