Connu par ses contemporains comme "l'homme qui a fait les Malartic", James Paul Norrie a combiné ambition, énergie, instinct et un extraordinaire esprit d'entreprise pour découvrir et ouvrir des mines dans la région de l'Abitibi, dans le nord-ouest du Québec, y compris Perron, East Malartic et Malartic Goldfields, pour n'en nommer que quelques-unes.

Son énorme contribution au développement de l'industrie minière de cette province lui a valu une place dans l'histoire du Canada, mais il a également été le moteur de plusieurs autres projets canadiens et le fondateur d'une société de forage, Inspiration Mining and Development.

Né et élevé à Truro, en Nouvelle-Écosse, Norrie est diplômé du Nova Scotia Technical College en 1913. Il commence sa carrière en tant qu'inspecteur des mines, puis travaille pour plusieurs entreprises américaines avant de trouver sa voie dans la nature québécoise.

Norrie est arrivé dans le district de l'Abitibi en étant plus qu'un simple ingénieur minier ; il était prospecteur, consultant, promoteur minier, cadre, financier et promoteur. Il faisait tout avec un zeste qui étonnait et inspirait ceux qui travaillaient avec lui. Sa nature agressive a été résumée par cette célèbre citation : "Traversez la rue quand le feu est rouge. Si vous attendez le feu vert, vous ne devancerez jamais la foule.

Norrie est en effet en avance dans le district de l'Abitibi. Il entreprend des travaux dans les cantons de Malartic et de Fournière, où la géologie est complexe. Les gisements y sont masqués par un réseau enchevêtré de veines et de systèmes filoniens recouverts d'un épais mort-terrain imperméable aux tests géophysiques de l'époque. Norrie a démêlé ce nœud géologique grâce à un sens aigu de l'observation et à un jugement sûr.

Lorsque la Stadacona devient une mine, il s'intéresse au terrain où Alex Perron exploite un filon d'or à haute teneur. Ce filon se trouve dans des roches différentes de celles des indices connus et, lorsque la construction de l'usine commence, la réaction des cercles miniers est consternée. Mais Norrie persévère et, en 1936, le Québec est récompensé par une nouvelle mine. L'exploitation produisit plus de 12 millions de dollars d'or au cours des années suivantes, ce qui représentait beaucoup d'argent à l'époque.

Norrie avait l'étrange capacité de trouver du minerai là où les autres n'en trouvaient pas. De 1927 à 1945, il a découvert plus de mines au Canada que quiconque avant lui. Il transforme les étendues sauvages de la région de Malartic en une communauté florissante et prospère en découvrant, ou en aidant à développer, les mines East Malartic, Aubelle, Croinor, Louvicourt, Norbenite et Sladen. Son plus grand triomphe dans la région est Malartic Goldfields, dont la production dépasse celle de ses voisins.

Bien que les contributions de Norrie aux communautés de Malartic et de Val d'Or aient incité les Québécois à le considérer comme l'un des leurs, ses réalisations ne se sont pas limitées à cette province. Une mine de mica qu'il a découverte en Ontario était suffisamment importante pour répondre à la demande des Alliés en temps de guerre pour ce minéral.

Il a également participé à la découverte de pechblende au Grand lac de l'Ours, où la mine d'uranium Eldorado a été exploitée par la suite.

Norrie a été largement salué pour ses réalisations. Selon un article paru dans le Globe and Mail en 1944, "James P. Norrie n'est pas un alchimiste, mais en transformant la terre motteuse en or scintillant, il est le plus grand mineur de toute l'histoire du Québec".

DÉCOUVRIR

James Gill s'est assuré une place dans l'histoire de l'exploitation minière grâce au succès exceptionnel et à la pérennité des ressources Aur.

En savoir plus