Marsh Cooper est surtout connu pour avoir joué un rôle moteur dans l'acquisition et le développement de nombreux gisements et mines qui ont transformé Falconbridge en un géant mondial du nickel. Il a guidé la société pendant l'une de ses plus fortes périodes de croissance, a mis de nouvelles mines en production et, au cours des années 1970, a supervisé l'achèvement de l'usine de ferronickel de Falconbridge Dominica en République dominicaine. Il a également organisé l'acquisition des gisements au Chili qui ont fini par former l'énorme projet de cuivre Collahuasi, ainsi que les propriétés dans le nord du Québec qui constituent aujourd'hui le projet de nickel Raglan. Collahuasi et Raglan ont tous deux atteint le stade de la production commerciale en 1998, ce qui témoigne de la capacité de M. Cooper à identifier des projets qui méritent d'être conservés malgré les hauts et les bas du cycle des matières premières.

Originaire de Toronto, Cooper obtient sa licence en sciences à l'université de Toronto en 1935, puis sa maîtrise en sciences en 1936. Il poursuit ensuite des études de troisième cycle à l'université de Harvard et rejoint le cabinet de conseil James and Buffam. Après avoir servi dans l'Aviation royale du Canada pendant la guerre, il a réintégré le célèbre cabinet et en est devenu associé en 1947.

En tant que président de McIntyre Porcupine Mines, Cooper a concentré ses efforts sur le développement d'une zone de cuivre à faible teneur qui a prolongé la durée de vie de la mine de Timmins pendant plusieurs années. En 1968, il est devenu président de Falconbridge, poste qu'il a occupé jusqu'en 1980. Les contributions de Cooper au cours de cette période ont été nombreuses et importantes. Il améliore considérablement la sécurité et la productivité de la raffinerie de Falconbridge en Norvège. Une raffinerie de cobalt rentable fait partie de cette expansion. Sous la direction de M. Cooper, Falconbridge Dominica est passée d'une usine pilote à un producteur de ferronickel de 70 millions de livres par an. Malgré la crise énergétique de l'époque, le projet de 200 millions de dollars a été construit dans les limites du budget et a atteint sa pleine production dans l'année qui a suivi son démarrage. Ce projet commercialement réussi a placé Falconbridge à l'avant-garde de l'extraction de nickel à partir de minerais latéritiques.

En 1978, M. Cooper a supervisé la conception et la construction d'une nouvelle fonderie de nickel et d'une usine d'acide à Sudbury, en Ontario, et ces installations ont permis de réduire considérablement les émissions de dioxyde de soufre. La mine Fraser, développée pendant la dernière partie de son mandat, est entrée en production en 1980.

Sous la direction de M. Cooper, Falconbridge a également lancé ses activités de recyclage et d'alimentation à façon, étendu sa stratégie de marketing et de vente aux marchés mondiaux et renforcé sa présence internationale grâce à l'exploration et à de nouveaux projets.

Les contributions de M. Cooper à l'industrie minière se sont poursuivies après sa retraite. Il a aidé de nombreuses universités canadiennes, notamment l'université Laurentienne à Sudbury et le programme d'ingénierie minérale Lassonde de l'université de Toronto.

DÉCOUVRIR

Bernard Michel a apporté une contribution profonde et durable à l'industrie minière canadienne au cours des 15 années de transformation qu'il a passées au sein de Cameco Corporation, la plus grande société d'uranium cotée en bourse au monde.

En savoir plus