Parfois surnommé "le roi des mineurs" au sommet de sa carrière, James Boylen est surtout connu pour la découverte et le développement des gisements de sulfures massifs volcanogènes dans la région de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, au début des années 1950.

Prospecteur, entrepreneur et financier, il est à l'origine de la mise en production d'au moins huit mines, dont les plus remarquables sont celles de la Brunswick Mining and Smelting Corp. Il est à l'origine de l'exploration et du développement de la région de Bathurst dans les années 1950 et du développement de plusieurs mines à Terre-Neuve.

L'effort d'exploration dans la région de Bathurst a eu une importance historique et économique. Les découvertes faites dans la région ont permis d'établir l'utilisation des méthodes électromagnétiques terrestres et aériennes pour la recherche de gisements et ont fourni une preuve concluante du concept géologique des gisements de sulfures volcanogènes. Ces étapes importantes ont permis d'orienter l'exploration canadienne vers des succès plus scientifiques et ont abouti à un nouveau modèle géologique pour l'exploration minérale, qui a depuis été utilisé dans le monde entier.

M. Boylen naît à Weston (Ontario) le 10 août 1907. Il grandit en Alberta, mais quitte la maison à l'âge de 14 ans avec son frère aîné, Fred. Ils finissent par se rendre dans la région de Larder Lake, dans le nord-est de l'Ontario, à l'extrémité de la voie ferrée, et y établissent un quartier général pour le commerce des fourrures et d'autres activités liées aux postes de traite. C'était l'équivalent d'un magasin général plus moderne et il fournissait tout ce qui était nécessaire aux trappeurs et aux prospecteurs.

Ce n'est qu'avec la ruée vers les mines de Rouyn, dans le nord-ouest du Québec, en 1922, qu'il commence sa carrière de prospecteur. En 1927, il consacre tout son temps à la prospection et au développement minier dans toutes les régions du Canada. Pendant les années de la Dépression, il gagne sa vie en jalonnant des claims et en effectuant des travaux d'évaluation pour d'autres.

En 1934, alors que la dépression est à son comble, une ruée vers l'or a lieu dans la région de Sturgeon River, en Ontario. C'est aussi l'année où Boylen établit un bureau à Toronto, à partir duquel il gère ses nombreuses opérations (plus de 50 sociétés minières à son apogée) et négocie les contrats.

Dans les années 1940, la liste de ses succès s'allonge. Il constitue la société Dulama Gold Mines en 1944 et développe le projet jusqu'au stade de l'usine de traitement. Il crée Anacon Lead Mines en 1948 et met cette mine en production la même année. En 1950, il fait passer la propriété de Montauban Mines au stade de l'usine de traitement, fait de même en 1951 avec United Lead and Zinc Mines et, en 1963, met en production la mine d'amiante Advocate Asbestos à Terre-Neuve.

Mais c'est au Nouveau-Brunswick qu'il connaît son plus grand succès. En 1952, il crée une société de prospection. Il finance sa découverte majeure de 1953, qui deviendra l'énorme gisement de métaux de base de la Brunswick Mining and Smelting. Certains bailleurs de fonds se sont retirés lorsque des problèmes métallurgiques liés au minerai ont retardé le projet. Cependant, Boylen surmonte de nombreux obstacles et finit par mettre la mine en production, avec des installations de fusion établies à proximité, à Belledune (N.-B.).

Boylen est décédé en 1970.

DÉCOUVRIR

Depuis plus de 25 ans, Robert Friedland est une force dynamique et transformatrice dans l'industrie minière canadienne et internationale. Cet entrepreneur, financier et créateur d'entreprise est l'une des personnalités minières les plus reconnues et les plus performantes au niveau mondial.

En savoir plus