Phillip Hallof est considéré comme l'un des "pères de la géophysique moderne" pour son travail de pionnier et d'innovateur dans le domaine de la polarisation induite dans le domaine des fréquences (PI), qui est passé d'un obscur effort de recherche à un outil d'exploration essentiel. Il a contribué de multiples façons à la recherche et au développement d'équipements, de techniques et d'interprétations géophysiques, et a également apporté son expertise technique à l'industrie de la prospection minière en dirigeant McPhar Geophysics Inc. et, plus tard, Phoenix Geophysics. Un autre héritage de sa carrière de 35 ans a été de contribuer à la découverte de richesses minérales au profit du Canada et de l'économie mondiale.

Louis, dans le Missouri, et a fait ses études au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), où il a obtenu une licence en géologie (option géophysique) en 1952. Alors qu'il était encore étudiant de troisième cycle, il a entrepris des recherches sur la méthode IP à fréquence variable, alors inédite, mise au point par Newmont Exploration, et a démontré qu'elle donnait des réponses mesurables sur certains gisements de sulfures connus. La technologie a été affinée et testée avec succès sur le terrain, ce qui a permis de créer un nouvel outil précieux pour aider à identifier les gisements de minéraux enfouis qui n'étaient pas conducteurs et que les études électromagnétiques conventionnelles ne pouvaient pas détecter. Il a également créé un nouveau mode utile d'affichage des données de résistivité et de PP à espaces multiples dans le format désormais standard de la pseudosection.

Après avoir obtenu son doctorat au MIT en 1957, Hallof a rejoint McPhar Geophysics en tant que géophysicien en chef à Toronto, et en est devenu le président (et citoyen canadien) en 1961. Il a conduit l'entreprise à l'avant-garde de la science de la propriété intellectuelle et a également été le fer de lance d'une série d'innovations dans les techniques géophysiques électriques et électromagnétiques. Après la vente de McPhar Geophysics à CIL en 1975, Hallof a fondé Phoenix Geophysics, qui a réalisé des progrès notables dans les domaines de la résistivité complexe (PI spectrale) et de la magnétotellurique. Les deux sociétés ont conçu, fabriqué et commercialisé des équipements géophysiques dans le monde entier ; elles ont également planifié, mis en œuvre et interprété des études géophysiques.

Hallof a utilisé ses compétences exceptionnelles en matière de communication pour convaincre la communauté des explorateurs des mérites de la géophysique avancée, qu'il s'est efforcé de rendre aussi conviviale que possible. Il était un auteur prolifique de documents techniques et d'études de cas basés sur les succès de l'exploration, qui ont été très nombreux dans le monde. Grâce à sa défense enthousiaste, la PP est devenue un outil d'exploration dominant utilisé dans le monde entier, notamment pour les gisements de cuivre porphyrique, les gisements sédimentaires de sulfures massifs exhalatifs et les gisements de métaux précieux associés à de la pyrite mineure, entre autres. L'un des avantages de la méthode de la propriété intellectuelle dans le domaine des fréquences au cours des premières années était que l'équipement pouvait souvent être plus petit et plus léger que l'équipement de la propriété intellectuelle dans le domaine temporel, ce qui constituait un avantage en terrain montagneux. (La longue rivalité entre ces méthodes de PI a pris fin à l'ère du numérique).

En 1986, M. Hallof est devenu consultant auprès d'un certain nombre de sociétés minières et a également contribué à la création et à la croissance de Quantec Geoscience. Avec ses pairs, il a contribué à faire du Canada la "capitale mondiale de la géophysique".

DÉCOUVRIR

Pendant près de trois décennies, des années 1970 et 1980 jusqu'à sa mort en 1995, Robert Hallbauer a été reconnu par l'industrie, le gouvernement et les syndicats comme un géant en termes de présence et d'influence sur l'industrie minière en Colombie-Britannique.

En savoir plus