Pierre Lassonde croit depuis longtemps que les ressources naturelles d'une nation ne sont pas ses marchandises, mais ses habitants. Il l'a prouvé au cours de sa carrière exemplaire d'ingénieur, d'investisseur avisé, de financier novateur, de créateur d'entreprise, de philanthrope dévoué et d'homme d'État de premier plan dans les secteurs de l'exploitation minière et de l'investissement au Canada. Il a également investi dans les ressources humaines par le biais de généreuses contributions aux universités qui continuent à produire des résultats durables et incalculables, notamment une nouvelle génération de professionnels de l'industrie.

Né à Saint-Hyacinthe, au Québec, M. Lassonde a obtenu un diplôme d'ingénieur électricien à Montréal, puis un MBA à l'université de l'Utah en 1973. Après un passage chez Bechtel à San Francisco, il a rejoint Beutel Goodman & Company et a géré avec succès son fonds d'investissement dans l'or pendant plus d'une décennie. Il a lancé Franco-Nevada Mining en 1982, après s'être associé à Seymour Schulich. Leur objectif était de créer une société de redevances génératrice de liquidités, basée sur le modèle utilisé dans l'industrie pétrolière et gazière, mais axée sur l'or, ce qui, à leur grande surprise, n'avait jamais été tenté auparavant. En 1986, ils ont payé 2 millions de dollars pour acquérir des redevances sur une petite mine à lixiviation en tas dans le Nevada, qui est devenue par la suite la mine de classe mondiale Goldstrike de Barrick Gold. La production de Goldstrike et d'autres propriétés sous redevance a atteint plus de trois millions d'onces par an, et la force du nouveau modèle d'entreprise s'est traduite par un taux de rendement annualisé exceptionnel de 36 % pour les actionnaires sur une période de 20 ans.

Le nouveau modèle de redevances a été étendu aux propriétés d'exploration avec Euro-Nevada et aux métaux de base avec Redstone Resources. Lorsque l'industrie minière s'est ralentie à la fin des années 90, les trois sociétés ont été fusionnées au sein de Franco-Nevada. En 2002, au plus bas du cycle de l'or, Franco a été le fer de lance d'une fusion à trois entre Normandy Mining (Australie), Newmont Mining (Denver) et elle-même, pour créer la plus grande société minière aurifère du monde à l'époque. En 2008, Lassonde, avec David Harquail et l'équipe de Franco qui l'avait suivi à Newmont, a acquis le portefeuille de redevances de Newmont et a relancé Franco-Nevada en tant que plus grande société de redevances aurifères à la Bourse de Toronto. L'introduction en bourse de 1,2 milliard de dollars a été, à l'époque, la plus importante introduction en bourse jamais réalisée dans le secteur minier à la Bourse de Toronto.

En tant que philanthrope, M. Lassonde a fait des dons généreux à de nombreux établissements d'enseignement, dont l'université York et l'université de l'Utah. Il a créé la chaire Lassonde d'ingénierie minière à l'université de Toronto en 1996, puis le programme Lassonde d'ingénierie minérale et le Lassonde Institute for Engineering Geosciences en 2000. Il est l'auteur du célèbre guide de l'investisseur The Gold Book, publié pour la première fois en 1990. Il est également un expert renommé de l'extraction de l'or et a été président du Conseil mondial de l'or de 2005 à 2009. Passionné d'art canadien, M. Lassonde a été président du Musée national des beaux-arts du Québec et possède une importante collection personnelle d'œuvres d'artistes canadiens.

M. Lassonde a reçu de nombreux prix, dont celui de l'homme de l'année dans le secteur minier (1997) et celui du développeur de l'année (1999) avec Seymour Schulich, la médaille Inco (2001), plusieurs doctorats honorifiques au Canada et aux États-Unis, ainsi que l'Ordre du Canada en 2002.

DÉCOUVRIR

Ronald Netolitzky est un géologue canadien accompli qui est toujours resté un prospecteur indépendant dans l'âme. Il a reconnu et aidé à réaliser le potentiel des propriétés Snip et Eskay Creek dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique, qui sont devenues deux des mines de métaux précieux à haute teneur les plus prospères du Canada.

En savoir plus