L'héritage que Ralph Parker a laissé à l'International Nickel Co. et à l'industrie minière canadienne est riche, qu'il s'agisse de progrès dans les méthodes d'exploitation minière ou de la conception et du développement de dispositifs de sécurité et d'équipements miniers. En tant que surintendant des mines aux installations d'Inco à Sudbury à partir de 1931, il s'est lancé dans un plan à long terme qui, au fil des ans, a amené le producteur de nickel au premier rang des sociétés minières mondiales. Sa plus grande réussite, alors qu'il supervisait à Sudbury la plus grande source de nickel au monde, a été de diriger la découverte des gisements de nickel de Thompson (Man.), qui allaient devenir la deuxième plus grande exploitation de nickel au monde.

Sous sa direction, les scientifiques et les explorateurs d'Inco mettent au point le magnétomètre aérien, un appareil autrefois utilisé par les militaires pour localiser les sous-marins ennemis. Après dix ans d'efforts d'exploration, au cours desquels on a parcouru 150 000 milles linéaires dans le nord du Manitoba, le gisement de Thompson est découvert en 1956. En l'espace de cinq ans seulement, une mine a été exploitée et une usine et un lotissement ont été construits à quelque 500 milles au nord de Winnipeg. Aujourd'hui, Thompson produit plus de 100 millions de livres de nickel par an, soit un peu plus d'un quart de la production totale d'Inco.

Parker a obtenu une licence en sciences à l'université de Californie en 1921. En tant qu'étudiant, grugé par un syndicat d'ingénieurs des chemins de fer à vapeur, il passe huit mois avec un camarade de classe à explorer d'anciennes galeries souterraines à Butte City, mais ne trouve pas d'encouragement.

Des emplois ultérieurs l'ont amené au Canada, finalement chez McIntyre Porcupine Mines à Timmins, en Ontario, où l'exploitation minière par les méthodes prévalentes de retrait devenait difficile en raison des conditions particulières du sol dans certains des chantiers à haute teneur de la mine.

Parker a cherché des solutions et a finalement conçu un ensemble carré d'épicéa indigène rond, une approche qui a eu une influence profonde sur la fortune de nombreuses mines de premier plan.

En 1928, il rejoint Inco en tant que surintendant de la mine Creighton, la seule mine en activité à l'époque. Sous la direction de Parker, et grâce à ses connaissances en matière d'équarrissage, Inco est en mesure de récupérer du minerai à haute teneur dans l'ancien "trou de gloire" rempli de roches des premiers jours de la mine.

Parker devient surintendant des mines d'Inco à Sudbury en 1931. En 1958, il quitte Sudbury pour Toronto en tant que vice-président chargé des opérations canadiennes, après avoir dirigé la construction d'usines entièrement nouvelles et modernes dans toutes les mines d'Inco dans le district de Sudbury.

C'est également sous la direction de Parker que les mines de Sudbury sont passées de l'exploitation à ciel ouvert à l'exploitation souterraine, avec l'introduction de méthodes et d'équipements d'extraction en vrac.

Son intérêt pour le contrôle du sol a conduit à l'approche séquentielle très efficace de l'enlèvement du sol, une approche qui a constitué la base de cette pratique aujourd'hui appliquée dans de nombreuses régions du monde.

La recherche sur la composition et la fabrication de l'acier de forage a été l'un des premiers intérêts de Parker, qui n'a jamais cessé de s'y intéresser. Grâce aux recherches qu'il a lancées, la qualité de l'acier de forage fabriqué au Canada a progressé pour égaler celle de tous les aciers produits dans le monde. Son leadership a également eu un impact sur la conception et le développement des câbles de levage, des dispositifs de sécurité et d'autres équipements miniers.

En 1963, il a pris sa retraite en tant que premier vice-président d'Inco. À l'époque, il a été honoré en tant que premier lauréat de la "Chairman's Citation" pour ses réalisations en tant qu'ingénieur, administrateur et dirigeant.

DÉCOUVRIR

En 89 ans de vie, Hector Authier a bu à pleines gorgées la tasse de la vie canadienne et a enrichi son pays par la même occasion. L'Abitibi a été sa cause et Val d'Or l'un de ses effets.

En savoir plus