La réputation enviable du Canada en matière d'excellence en ingénierie doit beaucoup à Roland Kilborn, dont la vision, les compétences techniques et l'esprit d'entreprise ont conduit à la création de l'une des plus importantes sociétés de conseil en ingénierie du pays. Depuis sa création en 1947, Kilborn Engineering a conçu et construit certaines des plus grandes mines d'Amérique du Nord et est devenu un chef de file dans les domaines de l'usinage de l'or, du raffinage de la potasse et du traitement de l'uranium.

Kilborn est né de parents missionnaires à Chengtuz, une ville de la province chinoise de Szechwan. Il est retourné au Canada pour y faire ses premières études et est entré à l'université Queen's en 1923. Il obtient un diplôme de premier cycle en génie civil en 1927 et est admis à l'Association des ingénieurs de l'Ontario en génie civil et mécanique en 1931.

Après deux décennies de travail et d'expérience dans divers projets miniers dans le nord de l'Ontario, M. Kilborn a décidé de créer sa propre société d'ingénierie minière, une décision audacieuse compte tenu de la nature cyclique de l'industrie. Pour compenser, il a judicieusement élargi le champ d'action de son organisation à l'ingénierie municipale, y compris les usines de traitement des eaux et des eaux usées et les barrages de contrôle des crues.

Même en tant qu'entrepreneur en difficulté, Kilborn fait preuve d'un professionnalisme et d'une intégrité remarquables. Il a un jour déchiré un contrat de construction d'une usine de traitement pour une mine québécoise lorsque le propriétaire a découvert que les réserves ne pouvaient pas supporter une telle installation.

Dans les années 1950, la jeune entreprise de Kilborn a participé au boom de l'uranium au Canada, fournissant des services à près de la moitié de cette nouvelle industrie. Au cours de cette période, il a recruté les ingénieurs les plus talentueux du pays, dont plusieurs ont ensuite apporté d'importantes contributions techniques à l'industrie.

Les réalisations de son cabinet dans l'industrie minière sont nombreuses, notamment la plus grande mine de charbon à ciel ouvert et la plus grande usine de lavage du Canada, en Colombie-Britannique, ainsi que la plupart des mines et usines d'amiante du pays.

Kilborn Engineering a également construit plus de 60 % de la capacité de raffinage de la potasse au Canada, en Saskatchewan et au Nouveau-Brunswick.

En outre, la société a conçu et construit un certain nombre de mines d'or et d'usines en Amérique du Nord, dont deux dans le camp Hemlo en Ontario, les mines Goldstrike et Meikle au Nevada, et la mine Casa Berardi au Québec. Certaines de ces mines étaient complexes sur le plan métallurgique et nécessitaient la compréhension et l'application de technologies complexes pour extraire l'or, une tâche dans laquelle Kilborn Engineering excellait.

Les réalisations de l'entreprise dans le domaine des métaux de base sont tout aussi impressionnantes : la mine de Mattabi en Ontario, la mine de Nanisivik dans les Territoires du Nord-Ouest, la mine de cuivre Ivan au Chili, la mine de Namew Lake au Manitoba et la mine de Selbaie au Québec. En Nouvelle-Écosse, l'entreprise a construit la seule mine et usine d'étain primaire du Canada.

Par le biais d'études de faisabilité et de rapports de diligence raisonnable, Kilborn a contribué au financement de nombreuses mines au Canada et dans le monde entier.

Kilborn Engineering a prospéré grâce à la vision de son dirigeant, à son engagement en faveur de la qualité et aux excellentes relations qu'il entretenait avec ses employés et ses clients, même après sa mort prématurée en 1959.

En 1982, l'entreprise comptait plus de 1 500 employés et possédait des bureaux dans tout le Canada et à Denver, au Colorado. Elle fait maintenant partie de l'organisation SNC-Lavalin.

DÉCOUVRIR

La vie de Vladimir Mackiw est un exemple remarquable de la façon dont l'industrie minière canadienne découvre et applique des technologies avancées et innovantes pour créer des processus et des produits qui ajoutent de nouvelles richesses non seulement à l'économie du Canada, mais aussi à celle du reste du monde.

En savoir plus